DI-UMONS : Dépôt institutionnel de l’université de Mons

Recherche transversale
Rechercher
(titres de publication, de périodique et noms de colloque inclus)
2014-07-10 - Colloque/Présentation - communication orale - Français - 12 page(s)

Henrard Sébastien, Van Daele Agnès , "Préservation cognitive et interprétation de conférence" in 28th International Congress of Applied Psychology (ICAP 2014), Paris, France, 2014

  • Codes CREF : Psychologie du travail (DI4270), Psychologie cognitive (DI4211)
  • Unités de recherche UMONS : Psychologie du travail (P357)
  • Instituts UMONS : Institut de Recherche en Développement Humain et des Organisations (HumanOrg)
Texte intégral :

Abstract(s) :

(Français) Les modèles du vieillissement normal montre un déclin de la vitesse de traitement de l’information et de la mémoire de travail expliquant les baisses de performance cognitive. Par ailleurs, des études montrent que l’activité de travail pouvait permettre une atténuation du déclin cognitif. Ces résultats sont expliqués par l’hypothèse de préservation : la mise en oeuvre régulière et intensive des fonctions cognitives dans le cadre d’une activité de travail ralenti le déclin cognitif. Pour confirmer cette hypothèse, les résultats doivent satisfaire deux conditions : (1) montrer que l’âge n’a pas le même effet chez des personnes exerçant des professions différentes ; (2) au sein du groupe professionnel où on cherche à montrer l’existence de la préservation, il ne doit pas y avoir de lien entre âge et performance. Notre recherche a pour objectif de montrer qu’une activité de travail peut atténuer le déclin cognitif. Nous nous sommes intéressés à l’interprétation de conférence décrite comme nécessitant la mise en oeuvre régulière et intensive de la vitesse de traitement et de la mémoire de travail. Méthodologie : 30 interprètes, 30 traducteurs et 30 monolingues âgés de 25 à 65 ans. Les variables « âge » et « niveau socio-culturels » sont contrôlées. Les participants ont été confrontés à 80 temps de réaction et à une tâche de Brown Peterson informatisée. Résultats et discussion : Vitesse de traitement : Il existe une interaction âge*groupe (p = .004). Les corrélations montrent qu’il n’y a pas de relation au sein du groupe d’interprètes (r = .200 ; p = .288). Par contre, nous trouvons une relation pour les traducteurs (r = .765 ; p = .001) et pour les monolingues (r = .518 ; p = .003). Mémoire de travail : Il n’y pas d’interaction âge*groupe (p = .362). La variable âge a un effet sur la performance (p = .001) mais l’appartenance à un des trois groupes n’a pas d’effet sur la performance (p = .684). En résumé, pour la mémoire de travail, le vieillissement est accompagné d’une difficulté à partager son attention. Il semble que certains aspects de la cognition ne peuvent bénéficier des effets « protecteurs » de l’expérience. Par contre, pour la vitesse de traitement de l’information, les résultats montrent que pour les interprètes, l’âge n’a pas d’effet significatif sur la performance alors qu’il en a dans les deux autres groupes. Ce résultat va donc plutôt dans le sens de l’hypothèse de préservation.