DI-UMONS : Dépôt institutionnel de l’université de Mons

Recherche transversale
Rechercher
(titres de publication, de périodique et noms de colloque inclus)
2009-11-20 - Colloque/Présentation - communication orale - Français - 0 page(s)

Piccaluga Myriam , Clairet Sandrine, Delvaux Véronique , Huet Kathy , Harmegnies Bernard , "Guidage perceptuel de la production en L2 : Variabilité individuelle" in Journée d’études: de la perception à la compréhension d’une langue étrangère, Institut de Phonétique de Strasbourg, France, 2009

  • Codes CREF : Phonétique (DI5312)
  • Unités de recherche UMONS : Métrologie et Sciences du langage (P362)
  • Instituts UMONS : Institut de recherche en sciences et technologies du langage (Langage)
Texte intégral :

Abstract(s) :

(Français) Le travail présenté ici s’intègre dans une recherche plus large qui s’intéresse aux processus impliqués lors de l’acquisition du contrôle phonétique d’une langue seconde. Nous étudions les facteurs auditifs susceptibles d’exercer une influence sur la production des sons de L2 produits par simple répétition. Au contraire des travaux se centrant sur les facteurs intrinsèques au sujet (âge, CSP, AOL, mémoire de travail…) nous investiguons ici les caractéristiques acoustiques ou temporelles du signal de parole (facteurs extrinsèques au sujet) susceptibles d’être manipulées en vue de favoriser la maîtrise de nouvelles possibilités de contrôle phonique en L2 (anglais). Plus particulièrement nous nous intéressons aux effets provoqués par cette manipulation sur les capacités de traitement (perception et production) de la matière phonique de l’apprenant francophone. L’input perceptuel est modifié expérimentalement en s’inspirant du procédé didactique de prononciation nuancée (le formateur modifie le modèle dans une ‘direction opposée’ à celle de l’erreur de l’apprenant, de façon à ‘exagérer’ les propriétés acoustiques à maîtriser). A partir de la réalisation de la syllabe /ta/ par une locutrice américaine, les stimuli sont préparés par l’expérimentateur en faisant varier les caractéristiques temporelles et acoustiques (allongement du VOT et variations de l’intensité du burst) de la consonne. Nous étudions dans quelle mesure ces manipulations permettent de faire apparaître, chez des sujets francophones, des productions de séquences occlusive-voyelle comparables à celles des anglophones. Dix sujets francophones ont été exposés à l’écoute des stimuli ainsi préparés. En premier lieu, leur comportement perceptif a été étudié par un test AB de discrimination. Ensuite, il leur a été demandé de ‘répéter le plus fidèlement possible’ les stimuli /ta/ manipulés. Les productions ainsi obtenues ont été analysées acoustiquement en terme de durée de VOT. Finalement, elles ont été présentées de façon aléatoire aux mêmes sujets francophones, ainsi qu’à d’autres sujets, anglophones, qui les ont jugées en termes de similarité (par rapport au modèle). Les sujets anglophones les ont par ailleurs jugées en termes de typicalité. Les premiers résultats ont montré que les sujets francophones sont capables de reproduire assez fidèlement l’allongement du VOT du modèle perçu (7 sujets sur 10 : [1]). Nous proposons ici une analyse détaillée inter-sujets. Malgré une bonne compétence mimétique générale, il apparaît que chaque sujet gère différemment les indices acoustiques (VOT, burst et/ou les deux corrélés) afin de guider sa production. Le VOT n’est le seul déterminant perceptuel que pour un seul sujet. Pour les six autres sujets, c’est la combinaison du VOT et de l’intensité du burst du modèle (3 sujets sur 7), voire l’interaction entre ces deux types d’indices acoustiques (3 sujets sur 7), qui sous-tend la production. De tels résultats confirment la sensibilité des locuteurs au modelage perceptuel, mais affirment également la complexité et la variabilité des processus imbriqués dans ce type de tâche. Les relations complexes entre les propriétés acoustiques du stimulus, la perception et les propriétés acoustiques de la production sont fortement liées à la variabilité inter-individuelle, d’où l’intérêt de la prise en compte de la dimension ‘sujet’ dans ses aspects de stratégie cognitive. [1] V. Delvaux, K. Huet, M. Piccaluga, B. Harmegnies, 2008, Perceptually Driven VOT Lengthening in Initial Stops by French-L1 English L2-Learners, Proceedings of the 8th International Seminar on Speech Production, Strasbourg.