DI-UMONS : Dépôt institutionnel de l’université de Mons

Recherche transversale
Rechercher
(titres de publication, de périodique et noms de colloque inclus)
2009-05-28 - Colloque/Présentation - poster - Français - 1 page(s)

Larbanoix Lionel, Burtea Carmen , Laurent Sophie , Toubeau Gérard, Van Leuven Fred, Vander Elst Luce , Muller Robert , "Recherche par phage display et caractérisation de peptides ciblant les plaques amyloïdes de la maladie d'Alzheimer" in 23ème journées franco-belges de pharmacochimie, "de la conception à la réalisation en pharmacochimie", Université de Mons, Belgique, 2009

  • Codes CREF : Sciences biomédicales (DI3200), Biologie moléculaire (DI3111), Neuropathologie (DI332C)
  • Unités de recherche UMONS : Chimie générale, organique et biomédicale (M108)
  • Instituts UMONS : Institut des Sciences et Technologies de la Santé (Santé), Institut des Biosciences (Biosciences)
  • Centres UMONS : Centre de Recherche en Microscopie et Imagerie Médicale (CMMI)

Abstract(s) :

(Anglais) La maladie d’Alzheimer (MA) est une pathologie neurodégénérative incurable qui est la quatrième cause de mortalité (après les maladies cardiaques, les cancers et les accidents vasculaires cérébraux) et la cause principale de démence chez les personnes âgées dans les pays développés. La MA est diagnostiquée par des tests cognitifs complétés par des méthodes d’imagerie clinique classique peu sensibles et spécifiques. Seule l’autopsie rend le diagnostic définitif, en révélant les plaques amyloïdes (PA), les emmêlements de neurofibrilles et l’atrophie du cerveau. Les PA, qui sont des dépôts extracellulaires composés essentiellement du peptide amyloïde beta (A-bêta), en sont l’aspect morphopathologique le plus marquant. L’A-bêta est à la base de l’hypothèse de la cascade amyloïde qui le présente comme l’élément à la base des processus neurodégénératifs impliqués dans la MA. Le ciblage de l’A-bêta présente, par conséquent, énormément d’intérêt au niveau médical. D’une part, il constitue une cible de choix pour les stratégies thérapeutiques. En effet, inhiber son auto-association ou favoriser son élimination ou sa dégradation sont des voies très intéressantes. D’autre part, la détection des PA par imagerie moléculaire (IRM ou PET) permettrait un diagnostic précoce, non invasif et rigoureux de la MA. Le développement de traitements serait alors plus efficace car ceux-ci seraient utilisés à des stades plus précoces et couplés à un suivi thérapeutique nettement plus précis. Qui plus est, la compréhension des mécanismes moléculaires de la MA serait facilitée. L’IRM offre la plus importante résolution anatomique et permettrait la visualisation des PA. Dans ce contexte, nous nous proposons d’identifier des peptides pour le ciblage de l’A-bêta et des PA. Une bibliothèque d’heptapeptides cycliques a été criblée sur l’A-bêta-42 par phage display. Après quatre rounds de sélection, 72 candidats ont été isolés arbitrairement pour déterminer leur affinité envers la cible par ELISA. La structure de l’insert des 23 meilleurs clones a ensuite été déterminée par séquençage de leur génome. Finalement, leur constante de dissociation (Kd) envers l’A-bêta-42 a été estimée dans le but d’identifier les peptides les plus efficaces. Les 2 peptides exprimés par les 2 clones les plus efficaces ont été synthétisés et biotinylés. Leur potentiel de liaison à l’A-bêta-42 et de marquage des PA a été confirmé par ELISA, relaxométrie de RMN et histochimie. Un de ces 2 peptides a été greffé sur des USPIO (Ultra Small Particles of Iron Oxide) qui ont alors gagné la faculté d’interagir avec l’A-bêta et les PA comme l’ont montré l’histologie, la relaxométrie et l’IRM. En conclusion, nos peptides possèdent un très bon potentiel pour le ciblage de l’A-bêta et des PA. Ils pourront dès lors servir de vecteur à des agents thérapeutiques ou diagnostiques.


Mots-clés :
  • (Anglais) peptides
  • (Anglais) Amyloid-beta
  • (Anglais) Amyloid plaques
  • (Anglais) Alzheimer’s disease
  • (Anglais) Phage display