DI-UMONS : Dépôt institutionnel de l’université de Mons

Recherche transversale
Rechercher
(titres de publication, de périodique et noms de colloque inclus)
2014-05-18 - Colloque/Abstract - Français - 1 page(s)

Dubois Laurie-Anna , Van Daele Agnès , "La place et l'intérêt de la réflexivité dans le cadre du développement professionnel des policiers" in Congrès AIPU 2014, Pédagogie universitaire : entre enseignement et recherche, Mons, Belgique, 2014

  • Codes CREF : Psychologie du travail (DI4270)
  • Unités de recherche UMONS : Psychologie du travail (P357)
  • Instituts UMONS : Institut de Recherche en Développement Humain et des Organisations (HumanOrg)
Texte intégral :

Abstract(s) :

(Français) La mise en œuvre de dispositifs visant le développement d’une pratique réflexive fait l’objet d’un intérêt grandissant dans le monde de la formation. Bien que largement étudiée dans le domaine de la pratique enseignante, la réflexivité peut trouver sa place dans bon nombre de professions car elle permet notamment de faire évoluer les pratiques, de surmonter des difficultés rencontrées dans le travail et de contribuer au développement professionnel (Kelchtermans, 2001 ; Perrenoud, 2004). Former les policiers à la réflexivité constitue une démarche intéressante à mener. Les savoirs acquis au cours de la formation initiale ne suffisent pas. Chaque intervention est unique et confronte le policier à des situations pour lesquelles il n’existe pas de solutions toutes faites qu’il suffit d’appliquer. Par conséquent et conformément au cadre légal en matière de compétences policières, le policier doit adopter une posture réflexive et se remettre continuellement en question. Cependant réfléchir sur sa pratique ne va pas de soi. C’est une démarche qui nécessite une formation (Perrenoud, 2009). Il serait toutefois réducteur de considérer cette formation comme étant l’apanage des formateurs de terrain (les mentors). La formation initiale a également un rôle important à jouer. Partant de ces constats, nous avons mené une recherche qui vise à questionner du point de vue de la réflexivité, les mises en situation organisées lors de la formation initiale : ces mises en situation contribuent-elles à former des policiers réflexifs ? Malgré l’amorce d’un cheminement vers la réflexivité, l’investissement des policiers dans une démarche réflexive reste encore fortement freiné par le dispositif de formation et l’usage qu’en font les formateurs de l’école de police. Références bibliographiques Kelchtermans, G. (2001). Formation des enseignants. L’apprentissage réflexif à partir de la biographie et du contexte. Recherche et formation, 36, 43-67. Perrenoud, P. (2004). Adosser la pratique réflexive aux sciences sociales, condition de la professionnalisation. Education Permanente, 160, 35-60. Perrenoud, P. (2009). Le désir de ne pas savoir. Ambivalences et résistances face à la posture réflexive. Communication présentée à la 3ème journée annuelle de l’Institut de Formation et de Recherche en Enseignement Supérieur, Liège, Belgique. Récupéré le 12 octobre 2013 sur le site de l’IFRES de l’Ulg : http://www.ifres.ulg.ac.be/colloque09/wp-content/uploads/perrenoud_desir_de_ne_pas_savoir.pdf.