DI-UMONS : Dépôt institutionnel de l’université de Mons

Recherche transversale
Rechercher
(titres de publication, de périodique et noms de colloque inclus)
2014-05-05 - Colloque/Article dans les actes avec comité de lecture - Français - 9 page(s) (A publier)

Duroisin Natacha , Maurer Roland, Maindiaux Antoine, "Quand l’utilisation réfléchie des TIC permet de découvrir et d’évaluer des mécanismes cognitifs appliqués à la spatialité : Discussion et synthèse" in 2e colloque international sur les tic en éducation, Montréal, Canada, 2014

  • Codes CREF : Technologies de l'information et de la communication (TIC) (DI4730), Technologie de l'éducation (DI4620), Méthodologie de la recherche scientifique (DI5463), Pédagogie expérimentale (DI4612), Psychopédagogie (DI4254), Psychologie cognitive (DI4211), Psychologie du développement cognitif (DI4237)
  • Unités de recherche UMONS : Méthodologie et formation (P316)
  • Instituts UMONS : Institut de Recherche en Développement Humain et des Organisations (HumanOrg)

Abstract(s) :

(Français) Pour se situer, s’orienter et être capable de décentration, l’individu doit acquérir, développer et exercer des connaissances et habilités spatiales. Celles-ci sont d’autant plus importantes et nécessaires, qu’une fois intégrées, elles permettent à chacun de faire face à de nouvelles situations (se repérer dans une ville inconnue, indiquer le chemin à emprunter pour se rendre à l’autre bout de la ville…). À ce sujet, l’école n’est pas en reste. Dans les prescrits, quelles que soient les disciplines, il est question de développer et de certifier des compétences en lien avec la spatialité. Alors que les habilités et compétences spatiales apparaissent comme primordiales, tant dans la vie quotidienne que lors de la scolarité, de nombreuses recherches mettent l’accent sur le caractère complexe et intégrateur de la notion de cognition spatiale et montrent qu’en fonction de leur âge ou d’autres critères, les individus éprouvent plus ou moins de difficultés à appréhender l’espace, à pouvoir (se) le représenter et s’y mouvoir. Pour identifier ces difficultés, le recours aux technologies de l’information et de la communication permet aux chercheurs de diversifier leurs expérimentations dans le domaine de la cognition spatiale en créant des environnements virtuels, en utilisant des appareils mobiles, des séquences vidéographiées voire des applications de géolocalisation. L’objectif de ce symposium est d’apporter des éléments de réponse à la question suivante « En fonction des besoins des recherches fondamentale et/ou appliquée en cognition spatiale, que peuvent apporter les technologies de l’information et de la communication ? ». À travers les trois communications, il est montré que non seulement les technologies permettent de proposer des environnements adéquats selon différentes modalités d’exploration pour l’exercice d’habilités et de compétences spatiales mais qu’elles facilitent également l’évaluation des performances et des processus cognitifs mis en œuvre lors des expérimentations réalisées.

Identifiants :
  • FNRS : 5046941