DI-UMONS : Dépôt institutionnel de l’université de Mons

Recherche transversale
Rechercher
(titres de publication, de périodique et noms de colloque inclus)
2020-03-13 - Colloque/Présentation - communication orale - Français - page(s)

Delizee Anne , "Quand dire, c’est agir sur l’autre : conscientiser les influences mutuelles lors d’une consultation psychothérapeutique interprétée" in L’interprétariat dans la santé : études linguistiques de terrain et activités de formation, Université de Lausanne (UNIL), Suisse, 2020

  • Codes CREF : Communication interculturelle (DI4718), Linguistique appliquée (DI5320), Linguistique cognitive (DI429A), Communication interpersonnelle (DI4717), Pédagogie (DI4610), Traduction (DI5326)
  • Unités de recherche UMONS : Traduction spécialisée et Terminologie (T204)
  • Instituts UMONS : Institut de Recherche en Développement Humain et des Organisations (HumanOrg)
Texte intégral :

Abstract(s) :

(Français) Tant pour le thérapeute que pour l’interprète, connaître les outils conceptuels de certaines théories de la communication offre l’avantage de mieux conscientiser, et donc certainement de mieux maîtriser, le jeu des influences mutuelles qui peut se déployer lors d’une consultation psychothérapeutique individuelle interprétée. Dans le cadre de la recherche, des données authentiques de consultations en santé mentale sont analysées grâce, notamment, aux théories de la pertinence de Sperber et Wilson (1986), de la Politesse linguistique de Brown et Levinson (1978) revisitée par Kerbrat-Orecchioni (e.g. 1992), de la Structure du discours (Grosz et Sidner 1986), de l’argumentation (e.g. Aristote 2007, van Eemeren et Grootendorst 1996, van Eemeren et Houtlosser 2002) et aux marqueurs discursifs (e.g. Dostie et Pusch 2007). Pour appréhender la manière, parfois inconsciente, dont le locuteur (et donc notamment l’interprète) agit sur l’interlocuteur, il est productif d’intégrer les résultats de ces études à la formation des interprètes d’une part, et à celle des thérapeutes et des interprètes lors de séminaires interprofessionnels d’autre part. L’apprentissage peut se faire en quatre temps : comprendre les concepts théoriques de base, les appliquer à des données discursives authentiques (études de cas), les mobiliser dans des jeux de rôle, et discuter des implications pour la pratique lors de sessions conjointes thérapeutes-interprètes