DI-UMONS : Dépôt institutionnel de l’université de Mons

Recherche transversale
Rechercher
(titres de publication, de périodique et noms de colloque inclus)
2019-05-20 - Colloque/Présentation - poster - Français - page(s)

Van Malderen Sophie , Delvaux Véronique , Huet Kathy , Piccaluga Myriam , Harmegnies Bernard , "Étude conjointe du langage oral, des fonctions exécutives et des habiletés motrices chez les jeunes enfants d’âge préscolaire avec développement typique et atypique" in Huitièmes journées de phonétique clinique, Mons, Belgique, 2019

  • Codes CREF : Psycholinguistique (DI5321), Psychologie de la santé (DI4259), Phonétique (DI5312), Oto-rhino-laryngologie (DI3342), Logopédie (DI3355), Traitement du langage (DI4299), Enseignement des langues étrangères (DI5328), Phonologie (DI5311)
  • Unités de recherche UMONS : Métrologie et Sciences du langage (P362)
  • Instituts UMONS : Institut de recherche en sciences et technologies du langage (Langage), Institut des Sciences et Technologies de la Santé (Santé)

Abstract(s) :

(Français) Notre projet de recherche doctoral a pour objectif d’étudier les liens développementaux unidirectionnels et bidirectionnels qui peuvent être observés non seulement entre le langage oral, plus précisément l’articulation des sons de parole, et les fonctions exécutives, mais également entre ces fonctions cognitives et les habiletés motrices du jeune enfant d’âge préscolaire. A cette fin, une revue de la littérature approfondie a été réalisée en vue de dégager les premiers constats sur le sujet et de guider notre réflexion méthodologique. Notre communication vise donc à réaliser un état des lieux sur la question et à exposer les questions de recherche qui en découlent. Tout d’abord, l’étude conjointe de ces fonctions est pertinente puisque, par définition, la production de parole vise des buts sensorimoteurs et auditifs via des processus de planification et de contrôle cognitifs et moteurs s'appuyant sur des mécanismes de feedback (rétroaction sensorielle) et de feedforward (représentations internes, constamment affinés au cours du développement) (1). Cependant, à notre connaissance, aucune étude croisant ces diverses fonctions cognitives n’a été réalisée. Certes, l’existence de liens développementaux entre le langage et les fonctions exécutives a fait l’objet de nombreuses études (2 ;3 ; 4 ; 5 ; 6). Bishop et ses collaborateurs (7) proposent trois modèles possibles d’association entre le langage et les fonctions exécutives chez l’enfant avec trouble développemental du langage. Le premier modèle propose que les fonctions exécutives facilitent le développement du langage. A contrario, le deuxième suggère l’inverse. Enfin, le dernier suppose qu’aucun lien causal direct n’existe entre le développement du langage et des fonctions exécutives. Nos hypothèses de travail seront fondées sur les modèles hypothétiques 1 et 2, qui ne sont en fait pas mutuellement exclusifs puisque au cours du développement, les influences peuvent s’inverser, se potentialiser, s’annuler, … et également devenir bidirectionnelles. Par ailleurs, ces modèles axés sur le développement pathologique pourraient se transposer à l’étude du développement typique du langage et des fonctions exécutives, mais aussi s’appliquer à des populations présentant un plus large spectre de troubles (dysarthrie, TDAH, dysexécutif, …). Notre recherche consiste à ajouter un élément innovant à la réflexion des influences entre langage oral et fonctionnement exécutif : la dimension motrice du développement. Cet ajout nous semble essentiel au vu de la présence comorbide de difficultés (psycho)motrices, langagières, et en fonctionnement exécutif (inhibition, mémoire de travail, …), chez des enfants présentant un trouble du langage oral (8 ; 9). En effet, les troubles développementaux semblent affecter diverses composantes cognitives de l’enfant (langagières, exécutives et/ou motrices). L’impact unique d’une fonction est considéré comme rare, voire exceptionnel (9 ; 10). En conclusion, l’étude conjointe du langage oral, des fonctions exécutives et des habiletés motrices semble centrale à une compréhension plus fine du développement typique et atypique de l’enfant et possède un enjeu clinique important. Bibliographie 1) Tourville, J. A. & Guenther, F. H. (2011). The DIVA model: A neural theory of speech acquisition and production. Language and Cognitive Processes, 26(7). doi: https://doi.org/10.1080/01690960903498424 2) Netelenbos, N., Gibb, R. L., LI, F. & Gonzalez, L. R. (2018). Articulation speaks to executive function: an investigation in 4- to 6-year-olds. Frontiers in Psychology, 9(172), 1-11. doi: 10.3389/fpsyg.2018.00172 3) Gooch, D., Thompson, P., Nash, H.M., Snowling, M.J. & Hulme, C. (2016). The development of executive function and language skills in the early school years. Journal of Child Psychology and Psychiatry, 57(2), 180-187. doi: 10.1111/jcpp.12458 4) Eaton, C.T. & Ratner, N.B. (2016). An exploration of the role of Executive Function in preschooler’phonological development. Clinical Linguistics & Phonetics, 30(9), 679-695. Doi: 10.1080/02699206.2016.1179344 5) Wilbourn, M.P., Kurtz, L.E. & Kalia, V. (2012). The Lexical Stroop Sort (LSS) picture-word task: A computerized task for assessing the relationship between language and executive functioning in school-aged children. Behavior Research Methods, 44, 270-286. doi: 10.3758/s13428-011-0142-4 ; 6) Kuhn L.J., Willoughby M.T., Wilbourn M.P., Vernon-Feagans L., Blair C.B., & Family Life Project Key Investigators . (2014). Early communicative gestures prospectively predict language development and executive function in early childhood. Child Development, 85, 1898–1914. doi: 10.1111/cdev.12249 7) Bishop, D. V. M., Nation, K. & Patterson, K. (2014). When words fail us: insights into language processing from developmental and acquired disorders. Philosophical Transactions of the Royal Society B, 369(1634), 1-11. doi : 10.1098/rstb.2012.0403 8) Albaret, J-M. (2007). L’examen psychomoteur chez les jeunes enfants présentant un trouble du langage oral. Rééducation Orthophonique, 231, 99-112. Retrieved from : https://www.researchgate.net/profile/Jean-Michel_Albaret/publication/253936066_L%27examen_psychomoteur_chez_les_jeunes_enfants_presentant_un_trouble_du_langage_oral/links/0046352035ceb306d8000000/Lexamen-psychomoteur-chez-les-jeunes-enfants-presentant-un-trouble-du-langage-oral.pdf 9) Schelstraete, M-A. (2011). Traitement du langage oral chez l’enfant : Interventions et indications clinique. Elsevier Masson : Issy-les-Moulineaux, France. 10) Kaplan, B.J., Wilson, B.N., Dewey, D. & Crawford, S.G. (1998). DCD may not be a discrete disorder. Human Movement Science, 17(4-5). 471-490. doi: https://doi.org/10.1016/S0167-9457(98)00010-4

(Français) Notre projet de recherche doctoral a pour objectif d’étudier les liens développementaux unidirectionnels et bidirectionnels qui peuvent être observés non seulement entre le langage oral, plus précisément l’articulation des sons de parole, et les fonctions exécutives, mais également entre ces fonctions cognitives et les habiletés motrices du jeune enfant d’âge préscolaire. A cette fin, une revue de la littérature approfondie a été réalisée en vue de dégager les premiers constats sur le sujet et de guider notre réflexion méthodologique. Notre communication vise donc à réaliser un état des lieux sur la question et à exposer les questions de recherche qui en découlent. Tout d’abord, l’étude conjointe de ces fonctions est pertinente puisque, par définition, la production de parole vise des buts sensorimoteurs et auditifs via des processus de planification et de contrôle cognitifs et moteurs s'appuyant sur des mécanismes de feedback (rétroaction sensorielle) et de feedforward (représentations internes, constamment affinés au cours du développement) (1). Cependant, à notre connaissance, aucune étude croisant ces diverses fonctions cognitives n’a été réalisée. Certes, l’existence de liens développementaux entre le langage et les fonctions exécutives a fait l’objet de nombreuses études (2 ;3 ; 4 ; 5 ; 6). Bishop et ses collaborateurs (7) proposent trois modèles possibles d’association entre le langage et les fonctions exécutives chez l’enfant avec trouble développemental du langage. Le premier modèle propose que les fonctions exécutives facilitent le développement du langage. A contrario, le deuxième suggère l’inverse. Enfin, le dernier suppose qu’aucun lien causal direct n’existe entre le développement du langage et des fonctions exécutives. Nos hypothèses de travail seront fondées sur les modèles hypothétiques 1 et 2, qui ne sont en fait pas mutuellement exclusifs puisque au cours du développement, les influences peuvent s’inverser, se potentialiser, s’annuler, … et également devenir bidirectionnelles. Par ailleurs, ces modèles axés sur le développement pathologique pourraient se transposer à l’étude du développement typique du langage et des fonctions exécutives, mais aussi s’appliquer à des populations présentant un plus large spectre de troubles (dysarthrie, TDAH, dysexécutif, …). Notre recherche consiste à ajouter un élément innovant à la réflexion des influences entre langage oral et fonctionnement exécutif : la dimension motrice du développement. Cet ajout nous semble essentiel au vu de la présence comorbide de difficultés (psycho)motrices, langagières, et en fonctionnement exécutif (inhibition, mémoire de travail, …), chez des enfants présentant un trouble du langage oral (8 ; 9). En effet, les troubles développementaux semblent affecter diverses composantes cognitives de l’enfant (langagières, exécutives et/ou motrices). L’impact unique d’une fonction est considéré comme rare, voire exceptionnel (9 ; 10). En conclusion, l’étude conjointe du langage oral, des fonctions exécutives et des habiletés motrices semble centrale à une compréhension plus fine du développement typique et atypique de l’enfant et possède un enjeu clinique important. Bibliographie 1) Tourville, J. A. & Guenther, F. H. (2011). The DIVA model: A neural theory of speech acquisition and production. Language and Cognitive Processes, 26(7). doi: https://doi.org/10.1080/01690960903498424 2) Netelenbos, N., Gibb, R. L., LI, F. & Gonzalez, L. R. (2018). Articulation speaks to executive function: an investigation in 4- to 6-year-olds. Frontiers in Psychology, 9(172), 1-11. doi: 10.3389/fpsyg.2018.00172 3) Gooch, D., Thompson, P., Nash, H.M., Snowling, M.J. & Hulme, C. (2016). The development of executive function and language skills in the early school years. Journal of Child Psychology and Psychiatry, 57(2), 180-187. doi: 10.1111/jcpp.12458 4) Eaton, C.T. & Ratner, N.B. (2016). An exploration of the role of Executive Function in preschooler’phonological development. Clinical Linguistics & Phonetics, 30(9), 679-695. Doi: 10.1080/02699206.2016.1179344 5) Wilbourn, M.P., Kurtz, L.E. & Kalia, V. (2012). The Lexical Stroop Sort (LSS) picture-word task: A computerized task for assessing the relationship between language and executive functioning in school-aged children. Behavior Research Methods, 44, 270-286. doi: 10.3758/s13428-011-0142-4 ; 6) Kuhn L.J., Willoughby M.T., Wilbourn M.P., Vernon-Feagans L., Blair C.B., & Family Life Project Key Investigators . (2014). Early communicative gestures prospectively predict language development and executive function in early childhood. Child Development, 85, 1898–1914. doi: 10.1111/cdev.12249 7) Bishop, D. V. M., Nation, K. & Patterson, K. (2014). When words fail us: insights into language processing from developmental and acquired disorders. Philosophical Transactions of the Royal Society B, 369(1634), 1-11. doi : 10.1098/rstb.2012.0403 8) Albaret, J-M. (2007). L’examen psychomoteur chez les jeunes enfants présentant un trouble du langage oral. Rééducation Orthophonique, 231, 99-112. Retrieved from : https://www.researchgate.net/profile/Jean-Michel_Albaret/publication/253936066_L%27examen_psychomoteur_chez_les_jeunes_enfants_presentant_un_trouble_du_langage_oral/links/0046352035ceb306d8000000/Lexamen-psychomoteur-chez-les-jeunes-enfants-presentant-un-trouble-du-langage-oral.pdf 9) Schelstraete, M-A. (2011). Traitement du langage oral chez l’enfant : Interventions et indications clinique. Elsevier Masson : Issy-les-Moulineaux, France. 10) Kaplan, B.J., Wilson, B.N., Dewey, D. & Crawford, S.G. (1998). DCD may not be a discrete disorder. Human Movement Science, 17(4-5). 471-490. doi: https://doi.org/10.1016/S0167-9457(98)00010-4