DI-UMONS : Dépôt institutionnel de l’université de Mons

Recherche transversale
Rechercher
(titres de publication, de périodique et noms de colloque inclus)
2019-05-15 - Colloque/Présentation - poster - Français - page(s)

Fagniart Sophie , Delvaux Véronique , Huet Kathy , Piccaluga Myriam , Harmegnies Bernard , "Etude acoustique longitudinale d’un trouble phonétique de production du voisement." in Huitièmes journées de phonétique clinique, Mons, Belgique, 2019

  • Codes CREF : Phonétique (DI5312), Acoustique (DI1264), Oto-rhino-laryngologie (DI3342), Psycholinguistique (DI421B)
  • Unités de recherche UMONS : Métrologie et Sciences du langage (P362)
  • Instituts UMONS : Institut de recherche en sciences et technologies du langage (Langage)

Abstract(s) :

(Français) Le trait de voisement – souvent considéré comme moins saillant sur le plan acoustique et plus complexe sur le plan articulatoire que d’autres traits phonétiques –, est fréquemment à l’origine d’erreurs au sein du développement normal [1,2], atypique [3] et en aphasiologie [4]. Toutefois, l’étude du voisement n’est pas toujours chose aisée : la nature phonétique et/ou phonologique des erreurs est difficile à déterminer, et de nombreuses productions sont difficilement qualifiables sur leur caractère voisé ou non voisé. De ce fait, des études acoustiques ont commencé à s’intéresser au trait de voisement, souvent avec un intérêt clinique, ayant l’ambition d’objectiver le phénomène de voisement sur le signal acoustique, notamment via la mesure du « Voice Onset Time » (VOT) [5,6,7,8]. L’étude de cas présentée ici a consisté en un suivi longitudinal d’un jeune garçon présentant des difficultés de production des consonnes voisées, entraînant des difficultés en langage oral et écrit. Trois testings ont été réalisés à trois mois d’intervalle, visant l’obtention de productions de parole dans le but de réaliser des analyses perceptives et acoustiques, (mesures de VOT, mesures nasométriques et analyses acoustiques). Entre le premier et le dernier testing, une rééducation logopédique visant l’acquisition d’une perception et d’une production correcte du trait de voisement a été menée, avec pour objectif d’améliorer les compétences orales et écrites au moyen d’exercices basés sur le biofeedback. Cette étude avait un objectif double : d’une part, une visée clinique, en utilisant le signal acoustique comme outil permettant d’approfondir le diagnostic de troubles langagiers et ainsi de pouvoir réaliser une prise en charge plus adaptée ; d’autre part, une visée plus épistémologique visant à évaluer l'intérêt de documenter le trouble et les effets de la prise en charge via l'observation des caractéristiques fines du signal acoustique et de leur évolution au cours du temps. Les résultats des trois testings (analyses acoustiques et perceptives) montrent un effet bénéfique significatif du programme rééducatif mis en place, le sujet passant p.ex. de 56 à 82% de productions jugées correctement voisées en dénomination d’images. Nos analyses ont par ailleurs permis de mettre en évidence des phénomènes acoustiques donnant lieu à des productions jugées intermédiaires, c’est-à-dire des productions dont le caractère voisé ou non voisé n’est pas univoque. Nous présenterons également à la conférence différents phénomènes acoustiques pouvant témoigner de stratégies compensatoires utilisées spontanément par le sujet (nasalisation du prévoisement, épenthèses,…), et nous discuterons du bénéfice apporté par le signal acoustique dans l’établissement d’un diagnostic et dans l’évaluation des effets d’une prise en charge. Une remise en question de l’emploi strict de l’indice VOT pour établir la distinction entre consonne voisée et non voisée en contexte clinique sera également proposée. Bibliographie : 1) Yamaguchi, N. (2012). Parcours d'acquisition des sons du langage chez deux enfants francophones. Linguistique. Université de la Sorbonne nouvelle, Paris. 2) Treiman, R., Broderick, V., Tincoff, R., & Rodriguez, K. (1998). Children's phonological awareness: Confusions between phonemes that differ only in voicing. Journal of Experimental Child Psychology, 68(1), 3-21. 3) Schelstraete, M. A., & Maillart, C. (2004). Les troubles phonologiques: cadre théorique, diagnostic et traitement. Les troubles du langage et du calcul chez l’enfant., 81-112. 4) Blumstein, S. E. (1973). A phonological investigation of aphasic speech. Mouton 5) Lisker, L., & Abramson, A. S. (1964). A cross-language study of voicing in initial stops: Acoustical measurements. Word, 20(3), 384-422. 6) Cho, T., & Ladefoged, P. (1999). Variation and universals in VOT: evidence from 18 languages. Journal of phonetics, 27(2), 207-229. 7) Auzou, P., Ozsancak, C., Morris, R. J., Jan, M., Eustache, F., & Hannequin, D. (2000). Voice onset time in aphasia, apraxia of speech and dysarthria: a review. Clinical Linguistics & Phonetics, 14(2), 131-150. 8) Marczyk, A. K. (2015). Déficits de la composante phonético-phonologique dans l'aphasie et stratégies compensatoires analyse acoustique et perceptive de productions consonantiques de sujets hispanophones (Thèse de doctorat). Universitat Autònoma de Barcelona, Barcelone.