DI-UMONS : Dépôt institutionnel de l’université de Mons

Recherche transversale
Rechercher
(titres de publication, de périodique et noms de colloque inclus)
2009-06-19 - Travail avec promoteur/TFE - Français - 154 page(s)

Bultot Elodie , "Viaduc de Gümmenen : Examen et Elargissement", 2009-06-19

  • Codes CREF : Sciences de l'ingénieur (DI2000)
  • Unités de recherche UMONS : Génie civil et Mécanique des Structures (F801)

Abstract(s) :

(Français) Le viaduc ferroviaire de Gümmenen, construit entre 1898 et 1901, est constitué de 27 arches en plein cintre en maçonnerie de 10 mètres de portée chacune et d'une travée en construction métallique de type treillis de 63 mètres enjambant la Sarine. Ce viaduc possède une grande valeur patrimoniale par sa situation sur un axe de circulation important et par son caractère esthétique. Il supporte actuellement une voie de circulation et constitue un des points d'étranglement de la ligne Bern-Neuchâtel. Afin d'augmenter la capacité de la ligne et de favoriser le développement de la ligne TGV Bern ? Paris, le conseil fédéral a décidé de dédoubler de nombreux tronçons à voies uniques de cet axe, dont le viaduc de Gümmenen. Le présent projet porte sur l'examen de la structure et le développement du projet d'élargissement. L'examen de la structure comprend le relevé de l'état, l'actualisation de la convention d'utilisation et de la base de projet et la vérification de la sécurité structurale du viaduc. Cette première phase a permis de voir que la structure possède une réserve suffisante que pour pouvoir envisager l'élargissement de la dalle. Dans le projet d'élargissement plusieurs variantes de dalle ont été développées. La première, entièrement en béton a été écartée pour des raisons techniques, son épaisseur conduisant à une élévation du niveau des rails trop importante par rapport au niveau existant. Les variantes entièrement en BFUP se sont vues écartées en raison de leur coût excessif. La dernière variante, une dalle mixte béton/BFUP, satisfait quant à elle à la fois les critères techniques et économiques. Finalement l'analyse de la structure en maçonnerie sous les charges auxquelles elle sera soumise après l'élargissement montre également que toutes les vérifications sont satisfaites, ce qui permet de conclure que la structure existante en maçonnerie est à même de supporter l'élargissement de son tablier à deux voies de circulation et l'accroissement des charges de trafic que cet élargissement induit sans que cela ne porte atteinte à sa sécurité structurale ou à sa stabilité. Concernant la phase des travaux, la principale contrainte est de ne pas perturber le trafic. Les travaux comprennent d'une part la remise en état de la maçonnerie et d'autre part la pose de la nouvelle dalle. Les travaux de remise en état de la maçonnerie ne nécessitant pas d'interruption du trafic peuvent être réalisés de jour. Les travaux d'élargissement seront eux effectués de nuit, à l'avancement, par étapes de 14 mètres. L'ensemble de travaux nécessaires à la mise en place de la dalle ne pouvant être réalisées en une nuit, il faut scinder les travaux en deux parties : une phase d'enlèvement des éléments existants et une phase de pose de la nouvelle dalle. Entre ces deux phases, la ligne pourra être remise en service grâce à l'utilisation d'un pont provisoire.


Mots-clés :
  • (Français) Maçonnerie
  • (Français) évaluation de la sécurité structurale
  • (Français) relevé d'état
  • (Français) projet d'élargissement