DI-UMONS : Dépôt institutionnel de l’université de Mons

Recherche transversale
Rechercher
(titres de publication, de périodique et noms de colloque inclus)
2020-05-19 - Colloque/Présentation - communication orale - Français - 1 page(s)

Bette Sébastien , Artus Frédérique , "L'évaluation des étudiants en classe renversée : des pistes pour évaluer ... autrement ?" in 31e congrès de l’Association internationale de pédagogie universitaire (AIPU2020) "Redéfinir l’expérience d’enseignement et d’apprentissage | Osons l’avenir", Québec, Canada, 2020

  • Codes CREF : Pédagogie (DI4610), Enseignement des sciences de l'ingénieur (DI0132)
  • Unités de recherche UMONS : Management de l'Innovation Technologique (F113)

Abstract(s) :

(Français) Cette communication propose d'aborder la question de l'évaluation des étudiants ayant fonctionné en classe renversée pour un cours du cursus d'Ingénieur Civil de la Faculté Polytechnique de l'Université de Mons (Belgique), cours dont l’objectif est d'apporter des connaissances et de faire développer des compétences liées à la mise en œuvre de systèmes de télécommunication. Ce cours a été dispensé en classe renversée : le dispositif pédagogique utilisé est une transposition de la méthode proposée par Jean-Charles Cailliez [1]. A l'instar du dispositif pédagogique équivalent utilisé pour un autre de mes cours [2], il est basé sur 3 fils conducteurs: (1) les étudiants, regroupés en équipe, sont en activité : ils s'approprient les contenus en travaillant la matière ; (2) l'enseignant ne délivre plus le contenu a priori : la progression est basée sur le questionnement ; (3) le temps passé en classe est utilisé pour les échanges: partager, expliquer, questionner,... : on apprend avec et par les autres. Concrètement, chaque équipe est responsable de la rédaction d'un des chapitres du cours et doit fournir un document de synthèse du style ‘note de cours + exercices' ainsi que des ‘questions de révision'. Les séances en présentiel sont consacrées à la fois au travail en équipe pour réaliser le chapitre et à la ‘diffusion' du chapitre aux autres équipes. Pour ce type de pratique, fortement éloigné du mode transmissif, l’évaluation doit s’aligner sur les activités proposées en tenant compte des postures adoptées par les étudiants et l’enseignant. Alors que les étudiants sont au cœur du dispositif pédagogique, voire en l’occurrence, acteurs principaux de son déroulement, n’est-il pas opportun d’inclure de nouvelles dimensions à évaluer?, ainsi que de considérer des nouvelles façons de les évaluer pour garantir la cohérence du processus d’évaluation dans le dispositif pédagogique et donc de penser globalement la triple concordance objectifs/activités/évaluations [3] ? L'objectif de ce retour d'expérience est d’expliciter le dispositif d'évaluation qui a été mis en place ainsi que les différentes questions qui ont sous-tendu sa construction, à savoir : (1) Quelles dimensions évaluer ? : (1.a) les dimensions liées au travail d’équipe : la qualité du livrable final, l'engagement (tel que le travail de rédaction, de recherche documentaire,... ) pour y arriver, les compétences transversales sous-jacentes (coopérer, communiquer, présenter, ...) ; (1.b) les connaissances disciplinaires ; (1.c) les compétences disciplinaires, c’est-à-dire la mobilisation des connaissances acquises face à un problème concret. (2) Comment mener l'évaluation ? : (2.a) qui évalue ? : l'enseignant, l'étudiant lui-même, les pairs ; (2.b) avec quel dispositif évaluer ? : une évaluation individuelle ou par équipe, un questionnaire de validation des connaissances,...; (2.c) quand mener cette évaluation ? : durant le semestre/en évaluation continue ou via un examen final, ...); (3) comment articuler au mieux l'évaluation dans le dispositif ? Comment impliquer/engager les étudiants dans le processus d'évaluation ?, … Le processus évolutif de ce dispositif a permis d’engager une boucle de régulation grâce aux résultats des évaluations proposées, à une analyse réflexive de l’enseignant, et aux retours des étudiants.