DI-UMONS : Dépôt institutionnel de l’université de Mons

Recherche transversale
Rechercher
(titres de publication, de périodique et noms de colloque inclus)
2021-09-22 - Colloque/Présentation - poster - Français - page(s) (Soumise)

Rendon De La Cruz Aurélia , Basaglia-Pappas Sandrine, Vico Chloé, Abraham Eléonore, Rossignol Mandy , Simoes Loureiro Isabelle , Lefebvre Laurent , "La lecture de mots à voix haute dans la maladie d’Alzheimer et l’aphasie primaire progressive variant sémantique : comparaison de deux populations" in Les Rencontres Francophones sur la Maladie d’Alzheimer et les Syndromes Apparentés (RFMASA), Marseille, France, 2021

  • Codes CREF : Psychopathologie (DI3513), Neurosciences cognitives (DI4296), Neuropsychologie (DI4218), Sciences cognitives (DI4290), Psychologie cognitive (DI4211)
  • Unités de recherche UMONS : Psychologie cognitive et Neuropsychologie (P325)
  • Instituts UMONS : Institut de recherche en sciences et technologies du langage (Langage), Institut des Sciences et Technologies de la Santé (Santé)

Abstract(s) :

(Français) L’aphasie primaire progressive variant sémantique (APPvS) est une maladie neurodégénérative caractérisée par une atteinte prédominante de la mémoire sémantique. En lecture, les patients APPvS produisent des erreurs de régularisation sur les mots irréguliers. Ces erreurs ainsi que des erreurs visuelles, sont également observées dans la maladie d’Alzheimer (MA), où l’atteinte sémantique est précoce mais moins sévère. La lecture de mots restant peu étudiée dans la MA, notre étude vise à caractériser les habiletés de lecture à voix haute de mots isolés dans ces deux populations. 31 participants (âge = 79.8 +/- 6.4) répartis selon le diagnostic et le score au MMSE : 14 contrôles (29.1 +/- 0,9), 6 MA légers (23.2 +/- 2.2), 5 MA modérés (17.8 +/- 1.3) et 6 APPvS (24 +/- 4,1) ont réalisé une tâche de lecture de mots à voix haute. Celle-ci se compose de quatre groupes de 32 mots (N=128) (réguliers fréquents, réguliers peu fréquents, irréguliers fréquents, irréguliers peu fréquents), appariés sur la fréquence livres (23,2 +/- 25,4), le nombre de syllabes (1,78 +/- 0,6) et le nombre de voisins orthographiques (1,94 +/- 3,1) (Lexique 3.83) ainsi que sur l’âge d’acquisition (8,52 +/- 2,38), la concrétude (5,29 +/-1,39) et la valeur d’imagerie (5,89 +/- 0,8). L’analyse des taux de réponses correctes montre des performances similaires dans les quatre groupes de participants sur les mots réguliers fréquents (p=.73). Sur les mots réguliers peu fréquents, seul le groupe APPvS performe moins bien que les contrôles (p < .05). A la lecture des mots irréguliers fréquents et peu fréquents, les MA légers performent de manière similaire aux contrôles (p > .05), tandis que les MA modérés et les APPvS obtiennent des scores inférieurs à ces derniers (p < .05). Les APPvS réalisent davantage d’erreurs que les MA modérés sur ce type de mots (p < .05). Les erreurs les plus fréquentes sont de régularisation (67%) et visuelles (28%) chez les MA modérés, quant aux APPvS ils commettent 92% d’erreurs de régularisation et 3% d’erreurs visuelles. Les résultats montrent une préservation de la lecture au stade débutant de la MA et une altération des mots irréguliers au stade modéré, marquée majoritairement par des erreurs de régularisation et visuelles. Dans l’APPvS, les difficultés sont plus importantes que dans la MA et se manifestent sur les mots irréguliers et réguliers peu fréquents. Ces résultats peuvent constituer une piste pour l’adaptation du matériel d’activités de lecture auprès de ces populations.