DI-UMONS : Dépôt institutionnel de l’université de Mons

Recherche transversale
Rechercher
(titres de publication, de périodique et noms de colloque inclus)
2018-10-04 - Colloque/Présentation - communication orale - Français - page(s)

Delizee Anne , "Interprétation pour les services publics : état de la recherche et spécificités de l’interprétation en santé mentale" in Séminaires « Les Midis de la Recherche » , Tradital, ULB, Bruxelles, Belgique, 2018

  • Codes CREF : Linguistique appliquée (DI5320), Traduction (DI5326)
  • Unités de recherche UMONS : Traduction spécialisée et Terminologie (T204)
  • Instituts UMONS : Institut de Recherche en Développement Humain et des Organisations (HumanOrg)
Texte intégral :

Abstract(s) :

(Français) aborderons les spécificités de ce genre d’interprétation. Celles-ci ont d’emblée placé la recherche en ISP au carrefour de plusieurs disciplines : traductologie, sociolinguistique, analyse de la conversation, pragmatique cognitive, pragmatique des interactions verbales, théories de l’argumentation, etc. Nous décrirons ce champ de recherche particulièrement foisonnant, les tendances actuelles et les perspectives de développement. Nous concrétiserons ensuite ces propos pour le secteur de la santé mentale (ISM). Quelles sont les spécificités de l’ISM ? En quoi façonnent-elles le rôle de l’interprète ? Que recouvre d’ailleurs la notion sociologique de rôle ? Comment expliquer le conflit de rôle dont l’interprète en santé mentale fait souvent mention ? Quel(s) appareil(s) théorique(s) et conceptuel(s) appliquer pour observer et décrire les actions discursives de l’interprète ? Pour apporter des éléments de réponse à ces questions, nous ferons appel aux apports goffmaniens sur le rôle du locuteur en interaction (Goffman e.g. 1972), ainsi qu’aux principes de base de la Théorie du positionnement (Harré et van Langhenove 1999), de la Théorie de la politesse linguistique de Brown et Levinson (1978) revisitée par Kerbrat-Orecchioni (1992), de la Théorie de la pertinence de Sperber et Wilson (1986), de la Théorie de la structure du discours de Grosz et Sidner (1986) et de la Théorie pragma-dialectique intégrée de van Eemeren et Houtlosser (e.g. 2009). L’analyse de neuf consultations thérapeutiques bilingues russe-français interprétées, effectuée grâce à cet appareil conceptuel, met notamment en lumière l’agentivité que l’interprète exerce sur les plans linguistique et relationnel : par une subtile négociation du contenu propositionnel et des aspects prosodiques et pragmatiques de l’original (principalement, verbalisation d’inférences, jeu sur la relation interpersonnelle, modification des dimensions dialectique et rhétorique), ainsi que par un processus d’adaptation au destinataire, les restitutions de l’interprète promeuvent les buts communicatifs respectifs du thérapeute et du patient, tels qu’ils ont été perçus par l’interprète, sans favoriser l’un plus que l’autre, étayent leur compréhension mutuelle et / ou co-créent une relation triadique empathique et soutenante. Par ce séminaire, nous proposons d’approfondir les particularités et les plaisirs de ce type d’interprétation, tant du point de vue de la recherche que de la pratique et de l’enseignement.