DI-UMONS : Dépôt institutionnel de l’université de Mons

Recherche transversale
Rechercher
(titres de publication, de périodique et noms de colloque inclus)
2014-09-24 - Colloque/Article dans les actes avec comité de lecture - Français - 10 page(s)

Bastien Robin , Haelewyck Marie-Claire , "J'apprends à m'autoréguler : un outil de remédiation cognitive à destination des enfants et des adolescents présentant une déficience intellectuelle modérée" in XIIIème Congrès international de l'Association Internationale de Recherche en faveur des personnes Handicapées Mentales, Beaune, France, 2014

  • Codes CREF : Psychologie des handicaps (DI4243), Enseignement des sciences sociales (DI0134), Enseignement des sciences humaines (DI0135)
  • Unités de recherche UMONS : Orthopédagogie clinique (P319)
  • Centres UMONS : Inclusion sociale (CERIS)

Abstract(s) :

(Français) L’autorégulation fait référence à la capacité des individus à ajuster leurs activités en vue de résoudre un problème et/ou de réaliser un objectif particulier et d’en planifier les étapes pour l’atteindre. Cette composante occupe une place importante dans les apprentissages et contribue à l’élaboration de comportements autodéterminés. Les enfants et adolescents présentant une déficience intellectuelle peuvent manifester un déficit des compétences autorégulatrices et à des difficultés de généralisation et de transfert de leurs acquis, altérant ainsi leurs apprentissages. Pour répondre à ces difficultés, le Service d’Orthopédagogie Clinique de l’Université de Mons a développé un outil de remédiation cognitive visant à soutenir le développement des capacités autorégulatrices de ces enfants et adolescents, à susciter leur motivation par des activités ludiques et à développer leur sentiment d’efficacité personnelle. L’outil a été testé auprès de 34 adolescents âgés entre 11 et 15 ans et présentant une déficience intellectuelle modérée. Les résultats faisant suite à l’administration de la remédiation indiquent une diminution de comportements impulsifs, une diminution de la frustration face à l’échec, ainsi qu’une augmentation de la créativité des élèves. Nous avons également observé une meilleure capacité des élèves à s’adapter à des nouvelles situations d’apprentissage, à prendre en compte différents points de vue et à persévérer davantage face à des tâches difficiles. D’autres études restent nécessaires pour évaluer cette méthode de remédiation auprès d’une population plus large et présentant des degrés divers de déficience intellectuelle.


Mots-clés :
  • (Français) Remédiation cognitive
  • (Français) Autorégulation
  • (Français) Déficience intellectuelle