DI-UMONS : Dépôt institutionnel de l’université de Mons

Recherche transversale
Rechercher
(titres de publication, de périodique et noms de colloque inclus)
2013-09-24 - Colloque/Présentation - poster - Français - 1 page(s)

Cenci Jeremy , "Paysage Post-Industriel : patrimoine vulnérable en quête de résilience" in Paysage(sà et Patrimoine(s) : connaissance, reconnaissance, protection, gestion et valorisation, Blois, France, 2013

  • Codes CREF : Aménagement du territoire (DI1473)
  • Unités de recherche UMONS : FAU - Service du Doyen (A900)
  • Instituts UMONS : Institut des Sciences et du Management des Risques (Risques)
  • Centres UMONS : Urbanisation Revitalisation Bâtiment Architecture Innovations Espaces (URBAINE)

Abstract(s) :

(Français) La vulnérabilité territoriale post-industrielle implique des choix stratégiques en matière de réhabilitation, de requalification et/ou de destruction d’un patrimoine existant, qu’il soit à l’échelle du bâti, du quartier, voire de l’ensemble d’un territoire. La recherche cible la problématique de requalification des friches du Val-de-Sambre (de Charleroi à Maubeuge) de la période industrielle (1850-1950) jusqu’à aujourd’hui dans une optique de développement durable. La Sambre, une des arcanes du développement industriel de tout le bassin transfrontalier franco-belge, est, suite à sa canalisation, un moyen de communication fluvial dont le rôle s’intensifie au XIXe siècle. La rivière se voit donc dotée d’une multitude d’industries à proximité de ses méandres urbains en développement. Chemin de fer, routes rectilignes, périurbanisation et industries sont greffés au paysage anciennement ordinaire. Le déclin industriel bloque l’évolution de ce paysage industriel et laisse derrière lui des stigmates d’un passé économiquement glorieux. Paysages séquencés et astreints aux sites industriels désertés, économie agonisante et paupérisation accrue, les premières traces de vulnérabilité territoriale sont posées… Depuis plusieurs décennies, l’image de ce territoire, avec pour emblème deux centres urbains (Charleroi et Maubeuge), reste dévalorisée et symptomatiquement synonyme de « zones sinistrées ». Les zones vertes en périphéries urbaines sont métamorphosées en zoning industriels visant une redynamisation multifonctionnelle pendant que les friches de l’ère industrielle restent à l’abandon et polluées… Le coût de la dépollution de friche peut-il être seul maître de l’aménagement et du développement territorial faisant fi d’un paysage vierge ? Aux vus de ces exploitations dévastatrices, il apparait pertinent de se demander comment ce territoire peut-il, va-t-il s’adapter aux besoins futurs et de manière durable par l’intégration de notions historico-industrielles et patrimoniales ? Si la reconversion d’anciens sites industriels est privilégiée, quelles programmations permettront une régénération et une redynamisation équilibrée d’un territoire au centre de l’Europe ? Ces questionnements font intervenir la notion de résilience territoriale à savoir, comment un territoire peut-il se relever suite à un choc important en actant ces erreurs passées ? La recherche propose une vision prospective proactive via la résilience territoriale. Elle évalue les atouts majeurs (et donc ses vulnérabilités) et met en exergue les potentialités des sites où une réhabilitation (avec programmation choisie) est pertinente. Des projets fédérateurs et catalyseurs globaux tels que Couleur Carolo, Charleroi 2020, Phénix, Politique des Grandes Villes, Plan Urbain pour le Développement Durable, Parcs d’activités économique, l’aéroport de Brussel-Sud (Charleroi), etc. incitent-ils à un retour socio-économique favorable et résilient ou la multiplicité des projets au coup par coup restent-ils insuffisants et vulnérabilise ce territoire ? La résilience… un paradigme d’avenir durable pour les Régions Européenne de Tradition Industrielle en quête d’une valorisation et d’une appropriation paysagère ? Keywords: Résilience, vulnérabilité, patrimoine industriel