DI-UMONS : Dépôt institutionnel de l’université de Mons

Recherche transversale
Rechercher
(titres de publication, de périodique et noms de colloque inclus)
2019-06-14 - Colloque/Présentation - communication orale - Français - page(s)

Nzuzi Gaël, Okombe E.V., Vandenput Sandrina, Duez Pierre , "Activités anthelminthiques et étude du mécanisme d’action des composés chimiques de 5 espèces palmatilobées couramment utilisées en médecine traditionnelle Congolaise" in Journées Internationales de Recherche en Sciences de la Santé, Lubumbashi, R.D. Congo, 2019

  • Codes CREF : Microbiologie et protistologie [parasitologie hum. et anim.] (DI3134), Chimie analytique (DI1314), Pharmacognosie (DI3410), Sciences pharmaceutiques (DI3400), Toxicologie pharmaceutique (DI3440)
  • Unités de recherche UMONS : Chimie thérapeutique et Pharmacognosie (M136)
  • Instituts UMONS : Institut des Sciences et Technologies de la Santé (Santé)
Texte intégral :

Abstract(s) :

(Français) Le parasitisme gastro-intestinal continue à être l’une des affections les plus courantes chez les animaux d’élevage1. La résistance aux anthelminthiques couramment utilisés a été depuis plusieurs années l’objet de nombreuses études dans le domaine vétérinaire2. Les molécules anthelminthiques issues des plants médicinales pourraient être candidates pour la fabrication des bons médicaments anthelminthiques3. Cependant, les composés anthelminthiques présents dans la plupart de ces plantes médicinales n'ont pas encore été identifiés4. Ce projet d’étude se fixe pour objectif de contribuer à la l’étude et à la découverte des nouveaux médicaments à propriétés anthelminthiques. De manière spécifique, ce travail va consister à évaluer in vitro l’activité anthelminthique de cinq espèces palmatilobées appartenant à la famille de Picrodendraceae [Oldfieldia dactylophylla (Welw. ex Oliv.)] et de Lamiaceae (Vitex doniana Sweet, Vitex fischeri Gürke, Vitex madiensis Oliv. et Vitex mombassae Vatke) couramment utilisées par les éleveurs dans le région du Katanga pour lutter contre les parasitoses internes chez les caprins ; étudier in vivo l’activité anthelminthique d’espèces végétales retenues sur Haemonchus contortus, parasite le plus prévalent chez la chèvre ; caractériser les composés anthelminthiques que renferment ces dernières ; étudier le mécanisme d’action des composés isolés sur des structures physiologiques et biochimiques d’activation du métabolisme chez le parasite.