DI-UMONS : Dépôt institutionnel de l’université de Mons

Recherche transversale
Rechercher
(titres de publication, de périodique et noms de colloque inclus)
2021-10-05 - Colloque/Présentation - poster - Français - page(s)

Wells Mathilde , Hambye Stéphanie , Blankert Bertrand , "Développement d’une stratégie de fractionnement bio-guidé pour l’identification de composés antiplasmodiaux issus de venins de Bufonidae." in 14ème Congrès Francophone sur les Sciences Séparatives et les Couplages de l'AFSEP, Paris, France, 2021

  • Codes CREF : Analyse et contrôle pharmaceutique (DI3450), Chimie analytique (DI1314), Sciences pharmaceutiques (DI3400), Techniques séparatives (DI2729)
  • Unités de recherche UMONS : Analyse pharmaceutique (M130)
  • Instituts UMONS : Institut des Sciences et Technologies de la Santé (Santé)

Abstract(s) :

(Français) La malaria demeure l’une des maladies parasitaires des plus dévastatrices au niveau mondial. En 2019, 229 millions de cas ont été rapportés donnant lieu à plus de 409.000 décès. 87 pays restent endémiques, exposant près de 3 milliards de personnes au risque d’infection. Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), ces chiffres risquent d’être revus à la hausse suite à la crise sanitaire Covid-19 et à ses conséquences, mettant en péril les efforts fournis en faveur de la prévention et du contrôle de l’épidémie de malaria. En raison de la nature endémique de Plasmodium falciparum et de l'apparition de chimiorésistances dans la plupart des régions touchées, le besoin de nouveaux candidats thérapeutiques est une nécessité absolue [1]. Ces dernières années, les venins et sécrétions d’animaux ont suscité un intérêt grandissant au sein de la communauté scientifique. Parmi ceux-ci, les venins de Bufonidae constituent une source riche en composés à potentiel thérapeutique [2]. L’objectif de ce travail est de développer une méthode de fractionnement bio-guidé permettant la découverte de nouveaux candidats anti-malariques provenant de venins de crapauds. Trois espèces sont étudiées : Rhinella marina (RM), Bufo bufo (BB) et Incillius alvarius (IA). Le processus d’extraction est basé sur un schéma à quatre solvants, assisté par sonication. Chaque extrait brut est caractérisé par CCM et LC-MS afin d’établir un profil chimique. La chromatographie flash est sélectionnée comme première étape de fractionnement, donnant lieu à des fractions brutes nécessitant une seconde étape de fractionnement (CCM préparative ou LC semi-préparative) pour obtenir des composés isolés. L’activité antiplasmodiale in vitro de ces échantillons (extrait brut, fractions et composés isolés) est dès lors évaluée sur deux souches de P. falciparum (3D7 et W2) grâce au test fluorescent au SYBR Green I. Les extraits/fractions/composés démontrant une activité antiplasmodiale intéressante sont évalués pour leur toxicité sur des lignées cellulaires humaines normales (FHs74int et HUVEC) via des tests MTT et Crystal violet. L'activité hémolytique est également évaluée. Les résultats obtenus démontrent une activité antiplasmodiale pour les extraits bruts de RM dans le méthanol et le dichlorométhane. Après fractionnement de l’extrait dans le méthanol (RM), nous avons mis en évidence deux fractions à potentiel antiplasmodial. La fraction 1 contient majoritairement des bufadiénolides tandis que la fraction 2, des bufotoxines. Concernant l’extrait dans le dichlorométhane (RM), seule une des fractions isolées présente une activité antiplasmodiale. Le composé principal de cette fraction a été identifié comme étant la résibufogénine. L’activité antiplasmodiale de ce composé isolé semble prometteuse. Aucune activité hémolytique n’a été mise en évidence pour les échantillons. Les essais sur cellules humaines sont encore en cours afin d’identifier les échantillons présentant la meilleure sélectivité. Ceux-ci seront alors d’autant plus étudiés et caractérisés structurellement par RMN (1H, 13C).


Mots-clés :
  • (Français) venin
  • (Français) crapaud
  • (Français) malaria