DI-UMONS : Dépôt institutionnel de l’université de Mons

Recherche transversale
Rechercher
(titres de publication, de périodique et noms de colloque inclus)
2022-01-13 - Colloque/Présentation - communication orale - Français - page(s)

Dubois Laurie-Anna , "La (re)conception d’une formation professionnelle par simulation : peut-on se contenter d’une réflexion centrée sur le degré de réalisme de la simulation ?" in Séminaires ULR METRICS 2021/2022, Lille, France, 2022

  • Codes CREF : Psychologie ergonomique (DI4271), Psychologie du travail (DI4270)
  • Unités de recherche UMONS : Psychologie du travail (P357)
  • Instituts UMONS : Institut de Recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociétaux et territoriaux (Soci&Ter)

Abstract(s) :

(Français) La simulation est un outil qui, de nos jours, est de plus en plus utilisé pour former de (futurs) professionnels issus de différents secteurs d’activités (par exemple : les forces de l’ordre, la sécurité civile, les soins de santé…). En formation, les simulations peuvent permettre aux formés de s’entraîner, d’apprendre à faire ou d’améliorer leur pratique. Mais les simulations peuvent aussi avoir pour objectif d’apprendre à savoir ce qu’il faut faire en situation. Dans ce cas, il ne s’agit pas seulement de mettre en pratique ce qui a été préalablement enseigné de manière théorique (par exemple : appliquer des procédures, reproduire un geste technique…), il s’agit aussi de mettre en place des réponses adaptées aux problèmes posés, et ce, dans des situations complexes. Ce qui doit amener, dans certains cas, les formés à adapter ce qui leur a été enseigné aux situations auxquelles ils sont confrontés en simulation. Partant de ce constat, on conçoit aisément tout l’intérêt de concevoir des formations pertinentes sur le plan du développement des compétences professionnelles. Sur le terrain, la réflexion en matière de conception de formation par simulation se limite le plus souvent à des échanges autour de questions en lien avec le réalisme de la simulation, lui-même souvent réduit à sa fidélité physique. Or, on ne peut ignorer qu’en simulation la construction de savoirs professionnels chez les formés dépend en grande partie de l’activé du formateur en simulation. Dans cette communication, nous soutenons l’idée qu’analyser l’activité du formateur lors des différentes phases d’une simulation (à savoir, lors du briefing, de la séance et du débriefing) peut contribuer à alimenter la réflexion en matière de transformation et de conception de formations basées sur la simulation.