DI-UMONS : Dépôt institutionnel de l’université de Mons

Recherche transversale
Rechercher
(titres de publication, de périodique et noms de colloque inclus)
2020-12-17 - Colloque/Présentation - poster - Français - page(s)

Durieux Marianne , "L’aménagement urbain autour des écoles : Analyse critique des pratiques de mobilité des élèves montois entre le domicile et l'école" in Séminaire inaugural de l'école doctorale thématique Architecture, Urbanisme, Ingénierie Architecturale et Urbaine, EDT62, en ligne, Belgique, 2020

  • Codes CREF : Sociologie urbaine (DI4134)
  • Unités de recherche UMONS : Marketing et Communication (W727), Architecture et Société (A530)
  • Instituts UMONS : Institut de Recherche en Développement Humain et des Organisations (HumanOrg)
  • Centres UMONS : Urbanisation Revitalisation Bâtiment Architecture Innovations Espaces (URBAINE)
Texte intégral :

Abstract(s) :

(Français) Aux heures de pointe (de la circulation), plusieurs villes moyennes wallonnes sont congestionnées. Les écoles fondamentales et secondaires seraient les principales fautives car elles génèrent un très grand nombre de déplacements aux heures d’entrée et de sortie. Ces dernières années, la distance parcourue par les élèves entre le domicile et l’école a considérablement augmenté, principalement en raison de l’étalement urbain et de l’utilisation accrue de la motorisation (Lewis, Torres 2010). Les conséquences sont multiples : la perte d’autonomie et d’indépendance pour les enfants (Lewis, Torres 2010), la diminution de la motilité (Kaufmann, Widmer 2005), la diminution de l’orientation dans l’espace, la perte de points de repère, la perte de la notion de continuité de l’espace, l’augmentation des problèmes de santé, … Autrement dit, les élèves deviennent des « enfants paquets » (Dolto 1995, p. 72‑73, (77-78), 104-105, 107‑108) : ils sont transportés de lieu en lieu par les parents. A Mons, le phénomène inquiète beaucoup les citoyens qui ont interpellé les autorités par différents moyens : lors d’ateliers participatifs, lors de consultations numériques sur une plateforme Civic Tech (Pouleur et al. 2018, p. 6) ou encore sur les réseaux sociaux. Ces premières observations de terrains (mises en relation avec des données google trafic et des observations directes) ont mis en avant la problématique étudiée ici : une ville congestionnée aux heures de pointes ayant des conséquences multiples sur l’accessibilité des écoles. L’approche méthodologique est inductive-abductive et s’appuie sur la Grounded Theory (Luckerhoff, Guillemette 2012) : partant du terrain expérimental pour faire émerger des concepts originaux. Les différentes étapes de cette recherche sont : tout d’abord, une analyse origine-destination appréhendera la question de la proximité comme seul facteur décisif dans le choix de l’école. Ensuite, une analyse critique de la morphologie du territoire s’intéressera à un lien potentiel entre la densité et la mobilité. Pour terminer, la recherche s’intéressera à la manière dont ces déplacements sont vécus par les élèves et les parents. Cette recherche s’intègre dans le cadre du portefeuille de projet de recherche « Wal-e-cities » projet « GOV – Gouvernance urbaine », financé par le FEDER et la Région wallonne