DI-UMONS : Dépôt institutionnel de l’université de Mons

Recherche transversale
Rechercher
(titres de publication, de périodique et noms de colloque inclus)
2019-01-08 - Colloque/Présentation - communication orale - Français - 1 page(s)

Dumont Marie , De Lièvre Bruno , Temperman Gaëtan , "Effets d’un dispositif d’apprentissage de l’orthographe sur de futurs Instituteurs primaires au niveau de l’analyse des performances, du sentiment d’efficacité et de la perception de soi" in 31e colloque annuel de l’ADMEE-Europe - « Entre normalisation, contrôle et développement formatif : Évaluations sources de synergies ? », Lausanne, Suisse, 2019

  • Codes CREF : Technologie de l'éducation (DI4620), Pédagogie (DI4610)
  • Unités de recherche UMONS : Pédagogie générale et médias éducatifs (P303)
  • Instituts UMONS : Institut de Recherche en Technologies de l’Information et Sciences de l’Informatique (InforTech), Institut de Recherche en Développement Humain et des Organisations (HumanOrg)
Texte intégral :

Abstract(s) :

(Français) Axe 1 : A l’échelle individuelle, l’évaluation source de synergies entre normalisation, contrôle et développement formatif ? Marie Dumont Maître-assistante, Haute Ecole Louvain en Hainaut, Université de Mons, Belgique Bruno De Lièvre Professeur, Université de Mons, Belgique Gaëtan Temperman Chargé de cours, Université de Mons, Belgique Effets d’un dispositif d’apprentissage de l’orthographe sur de futurs Instituteurs primaires au niveau de l’analyse des performances, du sentiment d’efficacité et de la perception de soi Une évaluation de régulation d’un dispositif d’enseignement de l’orthographe en formation initiale des instituteurs primaires en Belgique francophone (N=64) a démontré que le travail sur les capacités orthographiques ne peut être dissocié d’un travail autour de la métacognition. En effet, il existe un écart important entre le degré de certitude en orthographe (4,89 sur une échelle de 6) et le degré de réalisme (1,15) des étudiants. Cet écart est interpelant au vu de la dimension professionnalisante de la formation initiale des enseignants. Les étudiants seront amenés à enseigner des processus, des savoir-faire qu’ils ne sont que partiellement capables de justifier. Nous avons donc prolongé la recherche par une expérimentation qui intègre trois dimensions métacognitives à l’enseignement de l’orthographe : le réalisme, la justification et le rapport à l’orthographe. Selon Jans et Leclercq (1999), « savoir à quel point on sait est précieux pour définir ses propres stratégies d’apprentissage, pour décider de ses actions, pour apprendre à mieux se connaître... ». Le plan d’expérimentation de cette recherche consiste en un plan factoriel qui répartit les étudiants de Bloc 1 « Instituteur primaire » (N=180) en quatre groupes qui ont vécu un dispositif d’apprentissage de l’orthographe différent. Un prétest et un post-test de performance et de perception de soi ont été proposés, afin d’évaluer les effets des différentes variables. Le traitement statistique (descriptive et inférentielle) des données est en cours et les premiers résultats seront présentés et discutés. Enfin, des pistes quant à l’insertion de l’aspect métacognitif dans l’enseignement et l’évaluation en orthographe seront également données.