DI-UMONS : Dépôt institutionnel de l’université de Mons

Recherche transversale
Rechercher
(titres de publication, de périodique et noms de colloque inclus)
2021-11-26 - Colloque/Présentation - communication orale - Français - page(s) (A publier)

Henry Kevin , Hayette Manon, "De la Maison-Blanche à la place Tian’anmen : de la traduction chinoise des tweets de Donald Trump" in Twitter l'Europe et le monde, UMONS, Belgique, 2021

  • Codes CREF : Linguistique appliquée (DI5320), Langue et littérature d'expression anglaise (DI536F), Langues et littératures d'Asie du sud et du sud-est, chinois (DI536Q), Linguistique comparée (DI5327), Traduction (DI5326), Linguistique appliquée (DI5323)
  • Unités de recherche UMONS : Communication écrite (T203)
  • Instituts UMONS : Institut de recherche en sciences et technologies du langage (Langage)
  • Centres UMONS : Ciéphumons (CIEPH)
Texte intégral :

Abstract(s) :

(Français) Dans la présente communication, nous entreprendrons de mener une analyse critique de la traduction chinoise d’une sélection — naturellement parcellaire — parmi les innombrables tweets du président américain Donald Trump (provenant des comptes suivants, que nous comparerons : @trumpchinese1 et @trump2chinese). Nous nous pencherons particulièrement sur les tweets ayant trait aux relations complexes entre les États-Unis et l’Empire du Milieu. Nous effectuerons une analyse comparative des textes sources et de leurs versions cibles sur les plans discursif, lexical et stylistique. Pour ce faire, nous recourrons notamment aux outils de l’analyse critique du discours appliquée au discours politique (critical discourse analysis ou CDA ; voir Chilton 2004, Fairclough 2013 [1995]), ainsi qu’au modèle d’« évaluation de la qualité des traductions » (translation quality assessment) mis au point par Juliane House (1997, 2015) sur la base de la functional text analysis de Michael Halliday (1985). En outre, nous mènerons une étude exploratoire reposant sur l’emploi des outils de la linguistique de corpus (AntConc, Sketch Engine, Iramuteq…) pour apprécier dans quelle mesure le lexique spécifique et la phraséologie singulière de Donald Trump (Viennot 2019) furent restitués dans les textes cibles chinois. Nous tenterons de la sorte de montrer combien la langue du quarante-cinquième président des États-Unis a été éventuellement modifiée pour s’adapter aux attentes (censurées ?) des lecteurs cibles chinois.