DI-UMONS : Dépôt institutionnel de l’université de Mons

Recherche transversale
Rechercher
(titres de publication, de périodique et noms de colloque inclus)
2016-12-09 - Colloque/Présentation - communication orale - Français - 15 page(s)

Delizee Anne , De Ridder Pascale, "L’interprète-kaléidoscope ou le questionnement identitaire de l’interprète en santé mentale. Un état de la question" in 18ème colloque de la revue L’autre, cliniques, cultures et sociétés organisé par l’Université de Bordeaux « Santé, migrations, médiations » et l’association Mana - Cliniques transculturelles : « Interprétariat en santé : traduire et passer les frontières », Bordeaux, France, 2016

  • Codes CREF : Communication interculturelle (DI4718), Linguistique appliquée (DI5320), Communication interpersonnelle (DI4717), Traduction (DI5326)
  • Unités de recherche UMONS : Traduction spécialisée et Terminologie (T204)
  • Instituts UMONS : Institut de Recherche en Développement Humain et des Organisations (HumanOrg)
Texte intégral :

Abstract(s) :

(Français) Dans le cadre d’une prise en charge psychothérapeutique spécialisée d’un demandeur d’asile ou d’un migrant, quel rôle l’interprète est-il appelé à jouer ? L’interprète en santé mentale semble devoir faire face à de très nombreux positionnements intersubjectifs qui émergent en cours d’interaction au sein de la triade thérapeute-patient-interprète. La réalité du terrain paraît donc dépasser largement le rôle normatif reflété dans l’écrasante majorité des codes de déontologie pour interprètes, qui le conçoit comme un outil extérieur à l’interaction. Afin de mieux cerner ce questionnement identitaire, nous avons passé en revue la littérature scientifique qui est consacrée à ou qui aborde ce qui est considéré comme le rôle ou les éléments constitutifs du rôle de l’interprète professionnel en santé mentale. Nous les avons conceptualisés et en avons schématisé l’éventail. Cet état de la question détaillé met clairement en évidence la très grande diversité des attentes des professionnels de la santé mentale envers l’interprète, et indique que son implication émotionnelle, cognitive, interpersonnelle et personnelle est de plus en plus souvent considérée comme indispensable. En fonction de la situation de communication, l’interprète se déplace sur un continuum allant de réification à autonomie complète. L’interprète en santé mentale est un véritable kaléidoscope de positionnements intersubjectifs possibles. Nous avons conçu cet état de la question comme un outil de réflexion à destination principale des thérapeutes et des interprètes, afin que chacun puisse prendre conscience de la forte hétérogénéité de cette pratique et s’engager dans un dialogue interprofessionnel où exprimer ses attentes, perceptions et difficultés.