DI-UMONS : Dépôt institutionnel de l’université de Mons

Recherche transversale
Rechercher
(titres de publication, de périodique et noms de colloque inclus)
2019-11-14 - Colloque/Présentation - poster - Français - 1 page(s)

Konate Francis , Bougouma Moussa, Buess-Herman Claudine, Vitry Véronique , Yonli H. Arsène, "Déchets d’Equipements Électriques et Electroniques (D3E) au BURKINA FASO : Enjeux Environnemental et Economique" in Symposium international sur la Science et la Technologie (SIST-2019, 3e édition), Ouagadougou, BURKINA FASO, 2019

  • Codes CREF : Métallurgie des métaux rares (DI2318), Traitement des déchets (DI3845)
  • Unités de recherche UMONS : Métallurgie (F601)
  • Instituts UMONS : Institut de Recherche en Science et Ingénierie des Matériaux (Matériaux)
  • Centres UMONS : Ingénierie des matériaux (CRIM)

Abstract(s) :

(Français) Actuellement dans les pays en voie de développements, les traitements des D3E au-delà du démantèlement et du tri des composants sont réalisés par des acteurs informels, dans des conditions qui mettent en danger la santé des opérateurs et qui présentent un impact négatif direct sur l’environnement aux alentours des sites de traitement (air, sol et eaux pollués, végétation contaminée …). L’incinération sauvage (à l’air libre et sans captation des fumées toxiques dégagées) de câbles électriques est courante en Afrique pour récupérer le cuivre et l’aluminium. Une catégorie de ces déchets que sont les cartes de circuit imprimé issus du démantèlement des D3E a la particularité de contenir des quantités importantes de métaux (Ag, Al, Au, Cd, Co, Cr, Cu, Hg, Li, Pb, Pd, Pt, Sn, Zn, les terres rares, etc.), mais également des fibres de verre, polymères, de la céramique, du bois. De nos jours, les méthodes développées pour la récupération des métaux présents dans ces déchets visent l’utilisation des techniques qui tendent à la protection et la sauvegarde de l’environnement. C’est dans cette dynamique que s’inscrit notre étude, visant à la concentration des métaux contenus dans les cartes de circuit imprimé, en vue d’une récupération par voie électrochimique. Le procédé développé a consisté en (i) une méthode de réduction granulométrique basé sur deux niveaux de broyage dont le premier ayant consisté à un déchiquetage, et le second un broyage plus fin suivi (ii) de deux méthodes de séparation dont une séparation magnétique et une séparation gravimétrique. A la fin du procédé un tri granulométrique est réalisé sur les métaux concentrés, et une observation au microscope numérique des particules obtenues montre, une séparation efficiente des particules légères (fibres de verre, polymères, …) des particules lourdes (métaux), aussi qu’une libération totale du métal est réalisée pour la fraction de particules de taille <°250°µm.


Mots-clés :
  • (Français) Métaux précieux
  • (Français) Cartes de circuit imprimé
  • (Français) D3E