DI-UMONS : Dépôt institutionnel de l’université de Mons

Recherche transversale
Rechercher
(titres de publication, de périodique et noms de colloque inclus)
2014-01-17 - Colloque/Présentation - communication orale - Français - 5 page(s)

Beillet Marie, Demeuse Marc , Collard Emeline, "Niveau linguistique des étudiants à l’entrée dans le supérieur : expérimentation d’une nouvelle épreuve de français universitaire." in 26ème colloque de l'ADMEE Europe, Marrakech, Maroc, 2014

  • Codes CREF : Pédagogie (DI4610)
  • Unités de recherche UMONS : Méthodologie et formation (P316)
  • Instituts UMONS : Institut de Recherche sur les Systèmes Complexes (Complexys), Institut de Recherche en Développement Humain et des Organisations (HumanOrg)

Abstract(s) :

(Français) En France, les étudiants non-nationaux représentent 12,3% de la population étudiante dans l’enseignement supérieur (Lefebvre, 2013). En s’intéressant aux systèmes de recrutement des étudiants étrangers, on remarque des différences d’admission. En effet, il n’existe pas de texte régissant un niveau en langue commun exigé et l’organisation de la sélection se fait à la discrétion des universités elles-mêmes. De ces disparités de sélection résulte en partie une réussite moindre des étudiants allophones (40% de moins que les natifs). En outre, on sait que le français à l’université est spécifique (Mangiante et Parpette, 2011), que les tests évaluant un français général actuellement utilisés sont insuffisants pour assurer la validation d’un cursus (Almoossa, 2013), mais qu’un test de français est un bon prédicteur de réussite aux examens (Lindblom-Ylänne et al. 1996, cités par Romainville,1997). Partant de ces constats, notre étude a consisté en la création d’une épreuve spécifique adaptée aux étudiants qui s’inscrivent pour la première fois dans l’enseignement supérieur en France, en tenant compte de la spécificité du public : niveau en langue, filière et niveau d’étude hétérogènes. Ce test spécifique au milieu universitaire, et lié au Cadre Européen Commun de Références (notamment pour sa grille d’évaluation) se compose de contenus semi-authentiques liés aux réalités que les étudiants connaîtront. Sous le format d’une vidéo de 40 minutes, un thème donné, dont les étudiants doivent faire le résumé, est traité. Les productions écrites qui en découlent permettent d’évaluer la capacité de comprendre, s’approprier et restituer le contenu du sujet développé d’un étudiant, et son aptitude à suivre un cours magistral à l’université. Deux expérimentations ont été mises en place, auprès d’un groupe d’étudiants de première année de médecine belges francophone en situation d’étalement. Ces passations ont permis de fixer un seuil bas de résultats obtenus, et sont la première étape de la validation de l’outil, avant de pouvoir l’expérimenter auprès d’allophones. La communication présente les résultats de ces expérimentations.


Mots-clés :
  • (Français) français universitaire