DI-UMONS : Dépôt institutionnel de l’université de Mons

Recherche transversale
Rechercher
(titres de publication, de périodique et noms de colloque inclus)
2014-06-02 - Colloque/Présentation - poster - Français - 1 page(s)

Henoumont Céline , Lipani Estelle, Laurent Sophie , Muller Robert , Vander Elst Luce , "Etude de la surface de nanoparticules de silice par RMN." in XXVIème conférence du GERM, Biarritz, France, 2014

  • Codes CREF : Résonance magnétique nucléaire (biophysique) (DI131B)
  • Unités de recherche UMONS : Chimie générale, organique et biomédicale (M108)
  • Instituts UMONS : Institut des Sciences et Technologies de la Santé (Santé), Institut des Biosciences (Biosciences)
  • Centres UMONS : Centre Interdisciplinaire de Spectrométrie de Masse (CISMA), Centre de Recherche en Microscopie et Imagerie Médicale (CMMI)

Abstract(s) :

(Français) L’imagerie moléculaire par IRM (Imagerie par Résonance Magnétique), permettant de mettre en évidence des molécules exprimées ou surexprimées en condition pathologique, connaît un essor important depuis de nombreuses années grâce au développement d’agents de contraste moléculaires, greffés avec un ou plusieurs vecteurs spécifiques d’une pathologie. Dans ce contexte, le développement de nanoparticules est particulièrement prometteur car il est possible de greffer à leur surface plusieurs vecteurs spécifiques d’une pathologie, permettant une meilleure reconnaissance de la cible (concept de multivalence). Nous développons actuellement des nanoparticules de silice, en tant que plateforme pouvant être greffée avec des agents de contraste paramagnétiques (comme des complexes de gadolinium) et des vecteurs spécifiques d’une pathologie1. Du polyéthylène glycol (PEG) doit également être ajouté afin d’éviter la capture non spécifique des nanoparticules par les macrophages lors de leur injection. Une étape importante de ce développement est la caractérisation complète de la surface des nanoparticules, et la RMN constitue pour ce faire un outil intéressant. L’utilisation des spectres DOSY s’avère être particulièrement utile car cela permet de mettre en évidence le greffage covalent des différentes molécules d’intérêt. Une diminution significative de leur coefficient de diffusion doit en effet être observée. L’utilisation d’un référent de concentration connue permet également d’estimer la concentration en molécules greffées, ce qui représente une caractéristique importante de la nano-plateforme en vue d’une future injection. Dans ce travail, ces techniques ont été appliquées à l’étude de nanoparticules de silice greffées d’une part uniquement avec du PEG, et d’autre part avec du PEG et un analogue diamagnétique d’un chélate de gadolinium (complexe de lanthane). Les résultats ont permis de mettre en évidence le greffage covalent des molécules d’intérêt (PEG et/ou complexe de lanthane), et une estimation de leur concentration a également pu être réalisée. 1. Lipani E., Laurent S., Surin M., Vander Elst L., Leclère P. et Muller R.N., Langmuir, 29(10), 3419-3427 (2013).