DI-UMONS : Dépôt institutionnel de l’université de Mons

Recherche transversale
Rechercher
(titres de publication, de périodique et noms de colloque inclus)
2014-07-07 - Travail avec promoteur/Doctorat - Français - 369 page(s)

Verhaegen Clémence , "Les liens entre le manque du mot et les déficits en mémoire verbale à court terme : études dans le vieillissement cognitif et dans l'aphasie", Poncelet Martine (p) , soutenue le 2014-07-07

  • Codes CREF : Psycholinguistique (DI5321), Logopédie (DI3355), Traitement du langage (DI4299)
  • Jury : Collette Fabienne, Majerus Steve, Ivanoiu Adrian, Mathey Stéphanie

Abstract(s) :

(Anglais) Depuis une vingtaine d’années, un grand nombre d’études ont montré que les capacités de rétention des informations verbales en mémoire à court terme (MCT) sont influencées par les représentations langagières phonologiques et lexico-sémantiques stockées en mémoire à long terme (MLT). D’une part, des études réalisées auprès d’adultes et d’enfants sains ont montré que les mots et non-mots qui disposent de représentations langagières plus riches et plus facilement accessibles, tels que les mots de fréquence lexicale élevée, les mots facilement imageables, ou les non-mots de fréquence phonotactique élevée sont mieux rappelés que les mots moins riches et moins facilement accessibles, comme les mots de plus faible fréquence lexicale, les mots moins imageables, ou les non-mots de plus faible fréquence phonotactique (Acheson, Postle, & MacDonald, 2010 ; Gathercole, Frankish, Pickering, & Peaker, 1999 ; Majerus & Van der Linden, 2003 ; Majerus, Van der Linden, Mulder, Meulemans, & Peters, 2004 ; Majerus, Van der Linden, Poncelet, & Metz-Lutz, 2004 ; N. Martin & Saffran, 1992 ; R. Martin, Shelton, & Yaffee, 1994 ; Poirier, Dhir, Saint-Aubin, Tehan, & Hampton, 2011 ; Poirier & Saint-Aubin, 1995). D’autre part, des données récoltées auprès de patients qui présentent une atteinte neurodégénérative, qui altère les capacités de production du langage, ont montré qu’une atteinte des représentations langagières phonologiques ou lexico-sémantiques peut affecter sélectivement les capacités de rétention des informations verbales phonologiques ou lexicosémantiques en MCT, indiquant la présence de relations étroites entre les capacités langagières et la MCT (Jefferies, Hoffman, Jones, & Lambon Ralph, 2008 ; Knott, Patterson, & Hodges, 1997, 2000 ; Majerus, Norris, & Patterson, 2007 ; Reilly et al., 2012).Cependant, l’influence délétère des troubles de la production du langage sur les capacités de mémoire verbale à court terme (MCTV) reste peu explorée dans certains domaines cognitifs, notamment le vieillissement sain et l’aphasie d’étiologie acquise non dégénérative. Or, dans ces deux populations, le manque du mot est un trouble récurrent. De plus, des déficits en MCT ont été fréquemment démontrés. Cependant, la nature de ces déficits, de même que les liens qu’ils entretiennent avec les troubles de la production des mots restent peu déterminés. Dès lors, ce travail de thèse est consacré à l’exploration de l’influence des troubles de la production des mots sur les capacités de rétention des informations verbales en MCT dans le vieillissement cognitif ainsi que dans l’aphasie. Notre objectif est de préciser davantage les relations qui existent entre ces deux fonctions cognitives ainsi que de contribuer à une meilleure compréhension des atteintes en MCTV chez les personnes âgées et chez les patients aphasiques. Nous postulons que les troubles de la production des mots sont un facteur explicatif important des déficits en MCTV observés dans ces deux populations. La partie théorique de ce travail débutera par une présentation des différents niveaux de représentations langagières impliqués dans la production du langage ainsi que des différents modes de propagation de l’activation au sein du système langagier proposés par les modèles de la production des mots (Butterworth, 1982 ; Dell, 1986, 1988 ; Dell, Martin, & Schwartz, 2007 ; Dell, Nozari, & Oppenheim, 2013 ; Dell & O'Seaghdha, 1992 ; Dell, Schwartz, Martin, Saffran, & Gagnon, 1997 ; Foygel & Dell, 2000 ; Garrett, 1975 ; Levelt, Roelofs, & Meyer, 1999 ; Nozari, Kittredge, Dell, & Schwartz, 2010 ; Schwartz, Dell, Martin, Gahl, & Sobel, 2006). Nous nous intéresserons plus particulièrement aux études qui ont montré la présence de liens interactifs entre et au sein des différents niveaux de représentations langagières (Dell & O'Seaghdha, 1992 ; Dell et al., 1997, 2007, 2013 ; Foygel & Dell, 2000 ; Nozari et al., 2010 ; Schwartz et al., 2006). Ensuite, nous étudierons le manque du mot dans l’aphasie. Nous présenterons les différents patterns deperformances auxquels nous pouvons nous attendre en fonction d’une atteinte aux différents niveaux de représentations langagières décrits au début de ce premier chapitre. Nous les illustrerons par des cas de patients aphasiques issus de la littérature (Goldrick & Rapp, 2007 ; Hillis, Rapp, Romani, & Caramazza, 1990 ; Lambon Ralph, Sage, & Roberts, 2000 ; Shallice, Rumiati, & Zadini, 2000). Enfin, nous nous intéresserons au manque du mot dans le vieillissement sain. La présence d’une dégradation des capacités de production des mots liée à l’âge reste plus débattue, de même que l’âge d’apparition et les explications cognitives de cette dégradation (Burke, D.G. MacKay, Worthley, & Wade, 1991 ; Connor, Spiro, Obler, & Albert, 2004 ; Feyereisen, 1997 ; Goulet, Ska, & Kahn, 1994 ; Nicholas, Connor, Obler, & Albert, 1998 ; Salthouse, 1996a). Ces questions seront abordées dans la dernière partie du chapitre 1. Nous nous intéresserons particulièrement aux dégradations langagières qui ont été mises en évidence chez les personnes âgées. Nous discuterons du fait que les difficultés de production des mots dans le vieillissement sont moins importantes que celles observées chez les patients aphasiques. De plus, ces difficultés ont été reliées à des dégradations à différents niveaux de représentations langagières (e.g., Burke et al., 1991), contrairement aux troubles de la production des mots dans l’aphasie qui peuvent être reliés à des loci d’altération plus distincts. Dans un deuxième chapitre, nous présenterons les études qui ont montré que les capacités de rétention des informations verbales en MCT dépendent fortement de la qualité ou de l’intégrité des représentations langagières stockées en MLT (Acheson et al., 2010 ; Gathercole et al., 1999 ; Jefferies et al., 2008 ; Knott et al., 1997, 2000 ; Majerus & Van der Linden, 2003 ; Majerus, Van der Linden, Mulder, et al., 2004 ; Majerus, Van der Linden, Poncelet et al., 2004 ; N. Martin & Saffran, 1992 ; R. Martin et al., 1994 ; Poirier et al., 2011 ; Poirier & Saint-Aubin, 1995 ; Reilly et al., 2012). Nous présenterons également différents modèles de la MCTV qui ont pris en compte ces relations (N. Martin & Saffran, 1992 ; N. Martin, Saffran, & Dell, 1996 ; R. Martin, Lesch, & Bartha, 1999 ; Poirier et al., 2011 ; Saint-Aubin & Poirier, 1999 ; Walker & Hulme, 1999). Enfin, le troisième chapitre traitera del’influence des troubles de la production des mots sur les capacités de rétention des informations verbales en MCT dans le vieillissement sain et dans l’aphasie. Cependant, avant d’explorer les relations entre les capacités de production des mots et de MCTV dans ces deux populations, nous présenterons une revue de questions relatives à la présence d’une dégradation des capacités de MCTV liée à l’âge. En effet, une dégradation des capacités de MCTV chez les personnes âgées n’a pas été objectivée dans toutes les études (e.g., Bopp et Verhaeghen, 2005). Nous nous intéresserons également aux différentes études qui ont montré la présence d’une influence de la dégradation auditive liée à l’âge sur les capacités de MCTV chez les personnes âgées (e.g. Surprenant, 2007). Ensuite, nous aborderons les liens entre les atteintes de la production du langage et de la MCTV dans le vieillissement sain puis dans l’aphasie. Comme nous le verrons, cette question a reçu peu de considération dans ces deux populations, malgré la cooccurrence des atteintes de la production du langage et de la MCTV (e.g., R. Martin et al., 1999 ; Peters, Majerus, De Baerdemaeker, Salmon, & Collette, 2009 ; Peters, Majerus, Olivier, Van der Linden, Salmon, & Collette, 2007). Dans la partie expérimentale de ce travail, nous effectuerons dans un premier temps une série d’études préliminaires destinées à explorer les capacités de production des mots et de MCTV dans le vieillissement. En effet, la présence d’une dégradation de ces capacités chez les personnes âgées reste peu déterminée. Il nous a dès lors semblé important de préciser ces difficultés avant d’étudier les relations qui pouvaient exister entre les capacités de production des mots et de MCTV chez les personnes âgées saines. Les deux premières études auront pour objectif d’explorer les difficultés de production des mots et de préciser l’âge d’apparition de même que les explications cognitives de ces difficultés chez les personnes âgées. Ensuite, nous étudierons les dégradations des capacités de MCTV dans le vieillissement et l’impact d’une dégradation des capacités auditives liée à l’âge sur les performances en MCTV, dans la troisième et la quatrième étude. Dans la cinquième étude, nousexaminerons les relations entre la dégradation des capacités de production des mots et les capacités de MCTV chez les personnes âgées. Nous explorerons si les dégradations des capacités de production des mots liées à l’âge, qui sont moins importante que dans l’aphasie, peuvent être reliées à des difficultés en MCTV chez les personnes âgées. Enfin, la sixième étude étudiera l’impact des troubles de la production des mots sur les déficits de rétention des informations verbales en MCT chez les patients aphasiques. Dans les syndromes aphasiques, les atteintes de la production du langage peuvent être reliées à des loci d’altération spécifiques. Nous examinerons dans quelle mesure les atteintes sélectives des représentations langagières phonologiques ou lexico-sémantiques peuvent expliquer des déficits distincts des capacités de rétention des informations phonologiques ou lexico-sémantiques en MCTV observés chez certains patients aphasiques.