DI-UMONS : Dépôt institutionnel de l’université de Mons

Recherche transversale
Rechercher
(titres de publication, de périodique et noms de colloque inclus)
2013-06-03 - Colloque/Présentation - communication orale - Français - 1 page(s)

Delaunois Fabienne , Sens Adeline , Vitry Véronique , "Evolution de la chimie d’un bain de nickel-bore en cours de dépôt" in A3TS Marseille 2013 - TRAITEMENT DES MATERIAUX ET DES SURFACES – Perspectives 2020, Marseille, France, 2013

  • Codes CREF : Chimie des surfaces et des interfaces (DI1327), Métallurgie non ferreuse (DI2312), Electrochimie hautes et basses températures (DI1326)
  • Unités de recherche UMONS : Métallurgie (F601)
  • Instituts UMONS : Institut de Recherche en Science et Ingénierie des Matériaux (Matériaux)
  • Centres UMONS : Ingénierie des matériaux (CRIM)

Abstract(s) :

(Français) Les dépôts chimiques de nickel-bore sont obtenus en faisant réagir des ions de nickel avec du borohydrure de sodium en solutions aqueuses alcalines. Du tungstate de plomb est utilisé pour contrôler la cinétique de dépôt. L’évolution de la consommation des différents réactifs présents dans le bain conditionne la morphologie des dépôts obtenus et doit donc être maitrisée. Dans ce travail, les consommations en borohydrure de sodium et en tungstate de plomb ont été suivies en cours de dépôt respectivement par titration iodométrique et par spectrométrie d’absorption atomique AAS. Des analyses par AAS ont également montré que la consommation d’ions nickel était relativement faible par rapport à sa concentration initiale dans le bain. Des analyses en MEB et en diffraction des rayons X ont été réalisées sur des échantillons après immersion dans un bain ne contenant pas d’agent réducteur pour identifier les mécanismes d’initiation des dépôts de Ni-B. Il apparait que seul le plomb est présent en surface des échantillons, et que l’initiation des dépôts se produit donc par déplacement entre le fer et le plomb. Les résultats de cette étude ont également permis de déterminer, pour un bain de charge donnée, la quantité de réactifs consommés, et de mettre au point une technique de régénération en boucle ouverte, qui a permis de réaliser plus de 10 dépôts consécutifs dans un même bain régénéré.