DI-UMONS : Dépôt institutionnel de l’université de Mons

Recherche transversale
Rechercher
(titres de publication, de périodique et noms de colloque inclus)
2019-06-12 - Colloque/Présentation - communication orale - Français - page(s)

Blanckaert Simon , "Comment les nouvelles pratiques de l’urbanisme temporaire réenchantent l’espace et créent des lieux de partage du vivant : le cas du Jardin d’expériences à Mons (BE)" in Le Sauvageurbain :percevoir, penser et vivre avec la nature en ville; Colloque international en écopoétique et humanités environnementales; Sous l’égide du CRESEM-UPVD, Perpignan, France, 2019

  • Codes CREF : Architecture parcs et jardins (DI3638), Aménagement urbain (DI2652), Urbanisme et architecture (aspect sociologique) (DI2650)
  • Unités de recherche UMONS : Projets, Ville et Territoire (A520)
  • Instituts UMONS : Institut de Recherche en Développement Humain et des Organisations (HumanOrg)
  • Centres UMONS : Urbanisation Revitalisation Bâtiment Architecture Innovations Espaces (URBAINE)

Abstract(s) :

(Français) Dans le cadre du colloque, je souhaite introduire une communication sur le rôle de la construction temporaire et du végétal dans une approche pédagogique de la réappropriation d’espaces publics, notamment à travers le cas du projet « Jardin d'expériences » à l’université de Mons. Dans son ensemble, la proposition tentera d’expliquer les méandres du processus de la fabrication de la ville -nature, culture, visions- dans une nouvelle occupation temporaire de l’espace, d'initiative pédagogique et au profit de la qualité de vie. Dans une première partie, j’exposerai l’espace qui a fait l’objet du projet. Situé dans la deuxième couronne montoise, c’est un espace dans un entre-deux -temporel, structurel et spatial- que l’on peut qualifier de "stérile », en attente… C’est un espace ouvert engazonné et tondu régulièrement, de propriété privée mais d’usage public qui a une simple logique fonctionnelle de « passage » et de « contrôle » des populations. Il a été donné en mars 2018 une opportunité d’en (re)créer un lieu à travers une expérience pédagogique sous forme de chantier in-situ. Dans une deuxième partie, j’aborderai le projet « Jardin d’expériences », projet pédagogique à destination d'étudiants architectes qui questionne et propose une réflexion sur l'évolution de la spatialité du paysage et de la nature à travers un projet d’occupation temporaire. Je détaillerai notamment le process « design and build » à travers quatre étapes du projet : la semaine de conception, les récoltes, le totem, la semaine de chantier. Dans un troisième temps, la communication s’attardera à détailler les trois temps du projet -action, abandon, réaction- et leur impact sur la transformation de l’espace en lieu. Nous partirons d’une première observation et des constats très rapides d’appropriation par la « faune locale » qui y trouve refuge et continuerons jusqu’à la création et l’évolution d'un nouveau paysage et de nouvelles envies de transmettre, notamment à travers la création d’un relai enfants et habitants. Pour finir, la proposition se fera critique sur les difficultés à faire cohabiter deux visions sur l’occupation des entre-deux : d’un côté la vision mono-fonctionnaliste et réglée des espaces ouverts en ville par les gestionnaires et de l’autre une tentative de faire changer la pratique de l’espace et la vision de la nature à travers la création d’un nouveau lieu.