DI-UMONS : Dépôt institutionnel de l’université de Mons

Recherche transversale
Rechercher
(titres de publication, de périodique et noms de colloque inclus)
2021-06-08 - Colloque/Présentation - communication orale - Français - page(s)

Bodart Madisson , Bruyninckx Marielle , Julien Florent, "Analyse des pratiques des Personal Trainer en vue de l’identification des besoins de formation" in 2021 AIESEP Scientific Conference, Banff, Canada, 2021

  • Codes CREF : Pédagogie (DI4610), Santé éducation et bien-être (DI4352), Psychologie du sport et des activités physiques (DI425G)
  • Unités de recherche UMONS : Développement humain et traitement des données (P382)
  • Instituts UMONS : Institut de Recherche en Développement Humain et des Organisations (HumanOrg)

Abstract(s) :

(Français) En Belgique, toute personne se déclarant « Personal Trainer » (PT) peut exercer sur base de ses connaissances et expériences sans qu’une certification spécifique ne soit exigée. Même si une volonté de reconnaissance de la profession est bien présente, aucune qualification obligatoire n’est requise et le titre n’est, actuellement, pas protégé (SIEP, 2016). Le PT joue pourtant un rôle important en guidant le sportif dans l’atteinte d’un objectif précis tout en tenant compte de son mode de vie, de ses habitudes alimentaires et de sa physiologie (McClaran, 2003 ; Rieger, 2018). Cette communication présente une analyse des pratiques des PT sur le terrain en vue d’identifier leurs besoins en termes de formation. Une enquête par questionnaire et des entretiens ont été menés auprès de 146 PT afin de comprendre leurs motivations, de mieux cerner leur pratique professionnelle et de déterminer les difficultés qu’ils rencontrent. Nous avons analysé les données en tenant compte des éventuelles formations afin de tenir compte de leur parcours personnel. Les résultats montrent qu’avec ou sans formation, les PT exercent cette profession parce qu’ils sont passionnés par le fitness et désirent transmettre leurs connaissances mais aussi parce qu’ils sont libres d’organiser leur temps de travail comme ils le souhaitent. Nous observons néanmoins que les sujets non formés aborderaient leurs séances avec moins de pédagogie et d’organisation que leurs homologues formés. La mesure du sentiment d’efficacité professionnelle nous permet également de conclure que les sujets formés semblent se sentir davantage « efficaces » dans leur fonction. Nous avons également pu relever diverses difficultés, notamment liées au manque d’équipement de certains lieux de travail. Cette recherche nous a enfin permis d’identifier certains besoins de formation en termes d’accompagnement du sportif, de pédagogie, de prise en charge sportive sans matériel ou encore d’approches différenciées selon les profils des personnes coachées.