DI-UMONS : Dépôt institutionnel de l’université de Mons

Recherche transversale
Rechercher
(titres de publication, de périodique et noms de colloque inclus)
2010-12-21 - Article/Dans un journal sans peer-review - Français - 14 page(s)

Demeuse Marc , Demierbe Céline, Friant Nathanaël , "Des ZEP à l'encadrement différencié, vingt ans de politiques compensatoires en Communauté française de Belgique" in InDirect: Les Clés de la Gestion Scolaire, 18, 65-78

  • Edition : Plantyn, Bruxelles (Belgium)
  • Codes CREF : Politique de l'éducation (DI4415), Sociologie de l'éducation (DI4142), Pédagogie (DI4610)
  • Unités de recherche UMONS : Méthodologie et formation (P316)
Texte intégral :

Abstract(s) :

(Français) Aux Zones d’Education Prioritaires, lancées en septembre 1989, ont succédé les discriminations positives, en juin 1998, puis l’encadrement différencié, en avril 2009. Ces trois politiques scolaires en faveur des établissements qui scolarisent des populations réputées moins favorisées poursuivent, à leur manière, une logique compensatoire en offrant plus de moyens à ceux qui sont les moins favorisés à travers un fi nancement différencié des écoles, aussi bien fondamentales que secondaires. Ce type de politiques existe dans de nombreux pays et trouve sa source dans les années 1960, aux Etats-Unis, notamment lorsqu’il s’est agit de lutter contre la ségrégation raciale. Le modèle belge francophone, qui s’inspire de son voisin français, lui-même adapté du modèle anglais des années 1970, se transforme progressivement pour aboutir à la rentrée scolaire 2010–2011 à la mise en place de l’encadrement différencié. Cet article met en évidence comment ces politiques se sont succédées, tout en soulignant qu’elles ne peuvent, dans un système régulé principalement par le marché, éliminer les effets de ségrégation et les grandes disparités qui le traversent. Elles ne constituent au mieux qu’un complément à d’autres politiques volontaristes et bien moins populaires de régulation, comme les épisodes du « décret inscriptions » et du « décret mixité » l’ont bien mis en évidence.