DI-UMONS : Dépôt institutionnel de l’université de Mons

Recherche transversale
Rechercher
(titres de publication, de périodique et noms de colloque inclus)
2009-09-22 - Travail avec promoteur/Doctorat - Français - 198 page(s)

Vallée François , "Modélisation et simulation de la production d’électricité d’origine éolienne pour l’analyse technico-économique des réseaux de transport électrique modernes", Lobry Jacques (p) , Deblecker Olivier , soutenue le 2009-09-22

  • Codes CREF : Sciences de l'ingénieur (DI2000), Electricité courants forts (DI2400)
  • Unités de recherche UMONS : Génie électrique (F101)
  • Instituts UMONS : Institut de Recherche en Energétique (Energie)

Abstract(s) :

(Français) Suite aux volontés politiques actuelles de réduire les émissions de CO2, les énergies à caractère renouvelable se sont vues projetées sur le devant de la scène en termes d’alternatives aux sources conventionnelles peu respectueuses de leur environnement. Parmi les diverses énergies « vertes » qui se sont ainsi développées ces dernières années, l’énergie éolienne peut être cataloguée comme l’une des solutions les plus en vogue actuellement si l’on s’en réfère à ses croissances passées et à venir. Dans ce contexte, le présent travail s’est focalisé sur une étude d’adéquation du réseau de transport électrique en présence d’une pénétration significative d’énergie électrique d’origine éolienne. Dans cet ordre d’idées, nous avons développé et validé (sous Matlab®) des modèles stochastiques originaux de production éolienne avant de les introduire dans l’outil informatique Scanner© (propriété de la société Tractebel Engineering). La fonction première de ce logiciel est de fournir une analyse technico-économique des alternatives de développement prévues sur un réseau de transport électrique donné. Par conséquent, notre travail a nécessité la modification des deux étapes du processus de résolution implanté au sein de Scanner©. En effet, d’une part, les modèles stochastiques proposés pour la production éolienne ont été insérés au niveau de la génération des divers états du système à étudier. Par la suite, cette production a encore dû être intégrée de manière adéquate à l’algorithme d’analyse des différents états générés. A ce niveau, de manière à refléter au mieux la réalité, nous avons basé notre raisonnement sur un retour d’expérience et avons considéré l’énergie éolienne comme une énergie de coût nul, non prévisible à long terme et pouvant être influencée par les contraintes de fonctionnement relatives aux réseaux de transport électrique modernes. Enfin, afin de démontrer l’applicabilité de l’outil informatique proposé, nous l’avons testé sur le réseau de transport électrique belge. Nous avons, de la sorte, pu mettre en évidence l’enjeu majeur que représente le renforcement du réseau électrique flamand en vue d’assurer une intégration massive de la production de type éolien en Mer du Nord. En effet, les résultats de simulation collectés ont démontré que l’accroissement simultané de cette puissance offshore et des échanges internationaux d’électricité entre la France et les Pays-Bas risquaient de conduire à une saturation des lignes électriques situées entre Gand et Anvers.