DI-UMONS : Dépôt institutionnel de l’université de Mons

Recherche transversale
Rechercher
(titres de publication, de périodique et noms de colloque inclus)
2014-04-30 - Article/Dans un journal sans peer-review - Français - 9 page(s)

Bouazza Mostafa, Khattach Driss, Houari Mohammed-Rachid, Kaufmann Olivier , "Apport du modèle géologique 3D à l’étude de la structure de l’aquifère profond d’Aïn Béni Mathar, Maroc Oriental" in Bulletin de l'Institut Scientifique, Rabat. Section Sciences de la Terre

  • Edition : Mohammed V University of Rabat, Scientific Institut
  • Codes CREF : Sciences de l'ingénieur (DI2000), Géologie (DI1411), Hydrogéologie (DI1426)
  • Unités de recherche UMONS : Géologie fondamentale et appliquée (F401)
  • Instituts UMONS : Institut des Sciences et du Management des Risques (Risques)

Abstract(s) :

(Français) L’aquifère profond d’Aïn Béni Mathar est un important réservoir d’eau au Maroc. Il est formé de calcaires dolomitiques du Jurassique et mis en charge sous un recouvrement généralement argilo-marneux d’âge mio-plio-quaternaire. Vu que c’est la seule ressource en eau d’une région connue par son climat aride et la pénurie de ses eaux de surface, la nappe est de plus en plus sollicitée à des fins multiples. Il en résulte une baisse lente mais continue de son niveau piézométrique, constituant ainsi un problème non encore résolu. Les informations sur cette nappe sont encore fragmentaires et insuffisantes, en raison de sa large étendue et de sa profondeur importante. Dans le but d’améliorer la connaissance de cet aquifère, un modèle géologique 3D a été élaboré dans cette étude. Il a été construit à partir des informations fournies par les cartes géologiques et par 174 sondages mécaniques. Les forages compilés ont été analysés, encodés et intégrés dans le logiciel Groundwater Modeling System (GMS). Pour ce faire, quatre ensembles lithostratigraphiques ont été considérés : le Paléozoïque, le Trias, le Jurassique et le Mio-Plio-Quaternaire. Le modèle élaboré permet de visualiser la géométrie générale du bassin et plus particulièrement celle de l’aquifère jurassique qui s’enfonce progressivement vers le Nord et vers le Nord-Ouest où il dépasse les 800 m, au niveau la zone d’effondrement de l’Oued El Haï.