DI-UMONS : Dépôt institutionnel de l’université de Mons

Recherche transversale
Rechercher
(titres de publication, de périodique et noms de colloque inclus)
2021-10-27 - Vulgarisation/Autres media - Français - page(s)

Buisseret Fabien , "Capteur, ce mouvement est-il déconseillé ?", Cycle " 50 nuances de douleur et troubles neuro-musculo-squelettiques " (Collège Belgique)

  • Codes CREF : Physique théorique et mathématique (DI1210), Biomécanique (DI3118)
  • Unités de recherche UMONS : Physique nucléaire et subnucléaire (S824)
  • Instituts UMONS : Institut de Recherche sur les Systèmes Complexes (Complexys)
  • Centres UMONS : Algèbre, Géométrie et Interactions fondamentales (AGIF)

Abstract(s) :

(Français) Comme tous les systèmes dynamiques, l’Homme est soumis aux lois de la mécanique. Il n’est toutefois pas réductible à une machine comme les autres : il est biologique, psychologique et social ! La douleur, définie comme une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable associée à une lésion tissulaire réelle ou non, est une composante de nature complexe. Elle se manifeste notamment dans les troubles neuro-musculo-squelettiques (TNMS) - lombalgie, cervicalgie etc.-, premier problème de santé au travail en Europe relativement au nombre de plaintes et d’heures d’absentéisme. Le but de ce cycle de conférences est de vulgariser les connaissances scientifiques les plus récentes sur la douleur, ses nature et fonction, et ses implications dans les TNMS : la douleur est-elle « utile » ? Faut-il éviter un mouvement douloureux ou au contraire rester en mouvement ? Qu’est-ce que la kinésiophobie ? Quel est le rôle du stress psychosocial dans la survenue et la chronicisation des TNMS ? Comment organiser le travail pour en diminuer la pénibilité et l’impact ? Finalement, l’apport des nouvelles technologies, en particulier des capteurs de mouvement, sera discuté dans le cadre de l’évaluation des TNMS. De nos jours par exemple, tout smartphone est potentiellement capable de fournir des informations cliniques pertinentes sur le mouvement d’un patient. Dans un monde numérique ultra-connecté, ces technologies permettraient-elles de suivre un patient à distance ?