DI-UMONS : Dépôt institutionnel de l’université de Mons

Recherche transversale
Rechercher
(titres de publication, de périodique et noms de colloque inclus)
2014-05-14 - Colloque/Présentation - poster - Français - 1 page(s)

Simoes Loureiro Isabelle , Lefebvre Laurent , "Mieux comprendre la détérioration du langage dans la maladie d'Alzheimer." in 10ème Congrès International Francophone de Gérontologie et Gériatrie, Liège, 14-16 mai 2014, Belgique, 2014

  • Codes CREF : Neurosciences cognitives (DI4296), Sciences cognitives (DI4290), Psychologie cognitive (DI4211)
  • Unités de recherche UMONS : Psychologie cognitive et Neuropsychologie (P325)
  • Instituts UMONS : Institut de recherche en sciences et technologies du langage (Langage), Institut des Sciences et Technologies de la Santé (Santé)
  • Centres UMONS : Centre de Recherche UMONS-Ambroise Paré (UMHAP), Mind & Health (CREMH)
Texte intégral :

Abstract(s) :

(Français) P149 Mieux comprendre la détérioration du langage dans la maladie d’Alzheimer I. Simoes Loureiro1, L. Lefebvre1 1Sciences Cognitives UMONS Mons Belgique La dégradation du système lexicosémantique est une des atteintes les plus communes dans la maladie d’Alzheimer (MA). Cette altération se traduit par des paraphasies sémantiques (chien pour chat), des réponses superordonnées (légumes pour carotte) ou un manque du mot. Cette atteinte sémantique progressive participe aux problèmes de communication qui handicape considérablement le patient dans sa vie quotidienne. Les théories sur l’origine de cette détérioration sont nombreuses et il n’existe à ce jour aucun consensus à ce propos. Certains plaident pour une atteinte de l’accès aux concepts en mémoire sémantique tandis que d’autres favorisent l’hypothèse d’une détérioration de concepts. Dans le cadre de l’étude de la mémoire sémantique, le paradigme d’amorc¸age est fréquemment utilisé car il permet l’investigation précise du réseau sémantique (Laisney et al., 2010). 90 patients MA à 3 stades d’évolution de la détérioration sémantique seront évalués. Les sujets seront appariés selon l’âge, le sexe et le niveau socioculturel. Les sujets seront dispatchés en 3 groupes en fonction de l’évolution de l’atteinte sémantique mise en évidence au test de mémoire sémantique que nous avons adapté de Laiacona et al. (1993), pour lequel 30 items (15 naturels et 15 manufacturés) ont été conservés. Un protocole d’amorc¸age sémantique en dénomination d’images sera administré à chaque participant. Trois conditions seront évaluées : l’amorc¸age taxonomique, thématique et nonrelié. 22 mots ont été retenus. Des prétests nous ont permis de nous assurer du contrôle de variables psycholinguistiques dont l’âge d’acquisition, la fréquence et l’association verbale. Enfin, un test de classement catégoriel d’images sera également proposé afin d’obtenir une investigation explicite de la mémoire sémantique. Les recherches sont actuellement en cours, et seront présentés lors du congrès. Les résultats au protocole d’amorc¸age permettront d’obtenir une évaluation de la dégradation du réseau sémantique au travers de l’évolution de la MA.