DI-UMONS : Dépôt institutionnel de l’université de Mons

Recherche transversale
Rechercher
(titres de publication, de périodique et noms de colloque inclus)
2018-12-12 - Colloque/Abstract - Français - page(s)

Vanzande Ornella , Pouleur Jean-Alexandre , ""Le rôle des formes architecturales. Observation en Wallonie autour de l'habitat léger." in "Loger les classes populaires dans la ville. Entre initiatives privées et interventions publiques", séminaire international, centre de recherche juridique Pothier, Orléans" in Loger les classes populaires. Entre initiatives privées et interventions publiques, Orléans, France

  • Codes CREF : Urbanisme et architecture (aspect sociologique) (DI2650)
  • Unités de recherche UMONS : Architecture et Société (A530)
  • Instituts UMONS : Institut de Recherche en Développement Humain et des Organisations (HumanOrg)
  • Centres UMONS : Urbanisation Revitalisation Bâtiment Architecture Innovations Espaces (URBAINE)
Texte intégral :

Abstract(s) :

(Français) ABSTRACT « Loger les classes populaires dans la ville » : le rôle des formes architecturales ; observations en Wallonie autour de l’habitat léger Se donner un toit est une activité humaine universelle . Depuis la nuit des temps, l’homme s’investit, nourrit et construit son habitat, par ses propres moyens et selon ses besoins. D’autre part, l’Architecture était uniquement réservée à la noblesse et à l’église, jusqu’aux premières œuvres d’architectes révolutionnaires comme Ledoux. Avec l’avènement du logement ouvrier (19e) commandité par les patrons ou l’état, suivi de la construction standardisée prônée par les Congrès Internationaux d’Architecture Moderne (20e), la liberté de construire fait place à l’industrialisation massive du logement, ce que rejette dès les années 60, JFC Turner, architecte "anti-big social housing projects". De cette manière, non seulement le pouvoir décisionnel passe aux mains des dirigeants par un système centro-administré – qui sous-entend que les gouvernants ont une connaissance suffisante des besoins des usagers - , mais le logement se transforme aussi en bien de consommation. Ce système de fonctionnement s’affaiblit au fil du temps. Les pouvoirs sociaux n’arrivant pas à maintenir le rythme en termes d’offre, la pénurie de logements accessibles aux classes populaires (et maintenant à la classe moyenne) pousse la population à trouver des solutions autres pour se loger. Problème d’autant plus complexe que : des règlementations urbanistiques menacent le droit au logement ; l’augmentation du coût de l’immobilier rend difficile le statut de propriétaire ; la part importante des revenus alloués à l’habitation diminue les ressources des ménages ; la population se précarise et sait de moins en moins se loger.

(Français) ABSTRACT « Loger les classes populaires dans la ville » : le rôle des formes architecturales ; observations en Wallonie autour de l’habitat léger Se donner un toit est une activité humaine universelle . Depuis la nuit des temps, l’homme s’investit, nourrit et construit son habitat, par ses propres moyens et selon ses besoins. D’autre part, l’Architecture était uniquement réservée à la noblesse et à l’église, jusqu’aux premières œuvres d’architectes révolutionnaires comme Ledoux. Avec l’avènement du logement ouvrier (19e) commandité par les patrons ou l’état, suivi de la construction standardisée prônée par les Congrès Internationaux d’Architecture Moderne (20e), la liberté de construire fait place à l’industrialisation massive du logement, ce que rejette dès les années 60, JFC Turner, architecte "anti-big social housing projects". De cette manière, non seulement le pouvoir décisionnel passe aux mains des dirigeants par un système centro-administré – qui sous-entend que les gouvernants ont une connaissance suffisante des besoins des usagers - , mais le logement se transforme aussi en bien de consommation. Ce système de fonctionnement s’affaiblit au fil du temps. Les pouvoirs sociaux n’arrivant pas à maintenir le rythme en termes d’offre, la pénurie de logements accessibles aux classes populaires (et maintenant à la classe moyenne) pousse la population à trouver des solutions autres pour se loger. Problème d’autant plus complexe que : des règlementations urbanistiques menacent le droit au logement ; l’augmentation du coût de l’immobilier rend difficile le statut de propriétaire ; la part importante des revenus alloués à l’habitation diminue les ressources des ménages ; la population se précarise et sait de moins en moins se loger.