DI-UMONS : Dépôt institutionnel de l’université de Mons

Recherche transversale
Rechercher
(titres de publication, de périodique et noms de colloque inclus)
2021-04-29 - Colloque/Présentation - communication orale - Français - page(s)

Duroisin Natacha , Beauset Romain , Tanghe Chloé , Simon Laurie , "Pratiques enseignantes en temps de pandémie : résultats d’une première enquête à large échelle menée après le premier confinement auprès d’enseignants de la Fédération Wallonie-Bruxelles" in Colloque international en éducation, Montréal, Canada, 2021

  • Codes CREF : Politique de l'éducation (DI4415), Pédagogie (DI4610)
  • Unités de recherche UMONS : Méthodologie et formation (P316), Formation des Enseignants (B101)
  • Instituts UMONS : Institut de Recherche sur les Systèmes Complexes (Complexys)

Abstract(s) :

(Français) Le 12 mars 2020, le gouvernement fédéral et les entités fédérées ont pris, à l’issu du premier Conseil National de Sécurité, une série de mesures afin de freiner la propagation de la Covid-19 en Belgique. Une de ces mesures a directement impacté l’organisation des cours dans l’enseignement obligatoire puisqu’il a été décidé de suspendre l’ensemble des cours en présentiel dans toutes les écoles de la Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB) à partir du 16 mars 2020. Dans le but d’investiguer les pratiques enseignantes dans ce contexte pandémique, un groupe de chercheurs a lancé une enquête à large échelle à laquelle ont répondu, en ligne, près d’un millier d’enseignants de la FWB. De cette enquête, il ressort plusieurs enseignements dont deux d’entre eux seront présentés et explicités lors de cette communication. Premièrement, il a été remarqué que la fracture numérique concerne les enseignants (10 à 15% des répondants) et qu’une part non négligeable des enseignants (plus de 66% des répondants) ont appris le maniement des outils numériques par la pratique autodidacte. Deuxièmement, il apparait que l’enseignement à distance s’est avéré utile dans le contexte de crise sanitaire, mais qu'il faut éviter son utilisation sur le long terme (selon près de 49% des répondants).