DI-UMONS : Dépôt institutionnel de l’université de Mons

Recherche transversale
Rechercher
(titres de publication, de périodique et noms de colloque inclus)
2013-01-15 - Colloque/Présentation - communication orale - Français - 47 page(s)

Brison Valérie , Pirlot Marc , "Comparing decisional maps" in Séminaire : Modélisation des préférences et aide multicritère à la décision, Université Paris-Dauphine, France, 2013

  • Codes CREF : Modèles mathématiques d'aide à la décision (DI1151)
  • Unités de recherche UMONS : Mathématique et Recherche opérationnelle (F151)
  • Instituts UMONS : Institut de Recherche en Technologies de l’Information et Sciences de l’Informatique (InforTech), Institut des Sciences et du Management des Risques (Risques)
  • Centres UMONS : Centre de Recherche en Technologie de l’Information (CRTI)
Texte intégral :

Abstract(s) :

(Français) Dans le domaine de l'aménagement du territoire, il n'est pas rare de disposer d'une carte, représentant une région étudiée, qui soit divisée en unités géographiques. Chaque unité est évaluée sur une échelle ordinale pouvant par exemple représenter son état d'adéquation pour une certaine utilisation, ou son état de dégradation par rapport à des critères de développement durable. Une telle carte est appelée carte décisionnelle. Après un certain temps, et par exemple après l'application de mesures visant à améliorer la situation du territoire, l'état des unités géographiques a évolué. L'état de certaines unités s'est amélioré ; pour d'autres, il s'est détérioré. Ce que nous souhaitons savoir, c'est si les mesures prises ont été efficaces ou non. Autrement dit, nous aimerions savoir si l'état global de la carte s'est amélioré ou non. L'objectif de cet exposé est de présenter plusieurs modèles permettant d'aider un décideur à comparer l'état d'une région à différents moments de son évolution. Le premier est un modèle simple qui ne prend en compte aucun aspect géographique. Dans un second modèle, nous introduisons un aspect géographique ayant un impact sur les préférences du décideur, par exemple, la proximité par rapport à une route, à des habitations,... Enfin, nous généralisons ce modèle à la prise en compte d'un nombre fini quelconque d'aspects géographiques. Tous ces modèles sont basés sur des axiomes qui font sens dans un contexte géographique. Pour chacun des modèles, nous proposons une méthode d'élicitation des paramètres basée sur un dialogue avec le décideur. Ces méthodes d'élicitation découlent de l'axiomatisation utilisée.