DI-UMONS : Dépôt institutionnel de l’université de Mons

Recherche transversale
Rechercher
(titres de publication, de périodique et noms de colloque inclus)
2021-05-19 - Colloque/Article dans les actes avec comité de lecture - Français - page(s)

Fagniart Sophie , Delvaux Véronique , Huet Kathy , Philippart De Foy Marie , Piccaluga Myriam , Harmegnies Bernard , "Intelligibilité/compréhensibilité de jeunes enfants : étude des effets de familiarité des auditeurs." in Journées de Phonétique Clinique (JPC), Toulouse, France, 2021

  • Codes CREF : Phonétique (DI5312), Acoustique (DI1264), Oto-rhino-laryngologie (DI3342), Psycholinguistique (DI421B)
  • Unités de recherche UMONS : Métrologie et Sciences du langage (P362)
  • Instituts UMONS : Institut de recherche en sciences et technologies du langage (Langage)

Abstract(s) :

(Français) Nos travaux s’intéressent au développement phonétique et phonologique de jeunes enfants monolingues et bilingues. Cette communication se centre plus spécifiquement sur l’étude de l’intelligibilité et de la compréhensibilité [1] et leur évaluation dans la parole non pathologique de très jeunes enfants. Celles-ci ont été largement étudiées sur des populations présentant des troubles pathologiques de production de la parole [2,3,4] mais encore peu investiguées chez les jeunes enfants sans pathologie et dont le langage est en plein développement [5]. L’objectif est ici d’étudier l’effet de caractéristiques liées à l’auditeur (expertise ou statut linguistique) sur l’évaluation objective et subjective de l’intelligibilité et de la compréhensibilité. Le protocole consistait à évaluer les productions orales produites par des enfants à l’aide de différentes tâches : (i) transcrire aussi fidèlement que possible le mot entendu ; (ii) écrire le mot reconnu ((i) et (ii) permettant d’élaborer des mesures dites « objectives », p.ex. WWP [7]) ; (iii) évaluer à l’aide d’une échelle de Likert à 5 niveaux le niveau d’intelligibilité puis de compréhensibilité du message (mesures dites « subjectives »). Les productions à évaluer ont été recueillies à l’aide d’une tâche originale de dénomination orale de mots [6]. Pour chacune des tâches perceptives, plusieurs scores d’intelligibilité et de compréhensibilité (S_I/C) ont été obtenus. Deux études ont été menées à l’aide de ce protocole. L’une (étude 1) consiste à étudier l’effet de l’expertise de l’auditeur (5 « experts » et 5 « non-experts ») sur les S_I/C de productions orales de 8 enfants monolingues âgés de 24 à 31 mois. L’autre (étude 2) étudie l’effet du statut linguistique (monolingue ou bilingue) d’auditeurs (N=12) sur les S_I/C qu’ils ont attribués aux productions orales de 3 enfants bilingues simultanés français-italien présentant chacun une dominance linguistique différente (dominance en français, en italien, bilinguisme équilibré). Ces productions ont été obtenues lors de 3 sessions d’enregistrement étalées sur une période de 8 mois; à l’initiale, les enfants étaient âgés entre 24 et 33 mois. L’étude 1 met en évidence un effet significatif de la expertise des auditeurs sur l’intelligibilité, effet qui diffère en fonction du type d’évaluation (subjective ou objective): les juges non-experts attribuent des notes plus élevées à l’échelle subjective que le groupe de juges experts alors que ces derniers obtiennent des scores plus élevés aux échelles objectives. L’étude 2 permet d'observer que si la dominance linguistique des locuteurs ainsi que leur âge ont une influence significative sur les S_I/C, le statut linguistique des auditeurs n’en a pas.