DI-UMONS : Dépôt institutionnel de l’université de Mons

Recherche transversale
Rechercher
(titres de publication, de périodique et noms de colloque inclus)
2016-09-10 - Colloque/Article dans les actes avec comité de lecture - Français - 1 page(s) (Soumise)

Nortier Joelle, Duquesne Marilyn, Decleves Anne-Emilie , Coulon Françoise , De Prez E., Colet Jean-Marie , "Profils métabonomiques urinaires des acides aristolochiques I & II comparés à 3 toxiques tubulaires connus selon COMET : vers de nouveaux biomarqueurs de néphrotoxicité ?" in Premier congrès de la Société francophone de néphrologie dialyse et transplantation (SFNDT), Vol12 issue4, 280, strasbourg, france, 2016

  • Codes CREF : Néphrologie - urologie (DI3325)
Texte intégral :

Abstract(s) :

(Anglais) Introduction Lesacidesaristolochiques(AA)sontdessubstances néphrotoxiques et cancérigènes contenues dans de nombreux remèdes traditionnels à base de plantes (Aristolochiacées) et responsables de lésions rénales aiguës et chroniques ainsi que de cancers des voies urinaires. La détection précoce et non invasive d’une atteinte tubulaire rénale chez des individus présentant un risqued’expositionauxAAseraitfortutilepourunepriseencharge rapide des cas. Le but de ce travail est d’étudier le profil métabonomique urinaire de rats exposés aux AA sur base des modèles prédictifsdetoxicitérénaledéveloppésparleConsortiumdemétabonomique en toxicologie (Comet) [1]. Matériels et méthodes L’évaluation métabonomique par résonance magnétique nucléaire (RMN) a été réalisée sur des échantillonsurinairesderatsexposésàdifférentsdosagesd’AAIou IIadministrésensc(75et100mg/kg)selonleprotocoleComet.Les profilsobtenusontétécomparésauxprofilsde3moléculesconnues pour leur toxicité au niveau du tubule proximal : l’ifosfamide (7 et 70mg/kg), la gentamicine (40 et 400mg/kg) et le cisplatine (0,5 et 5mg/kg). Résultats Les résultats obtenus avec les rats « AA » ont démontré une augmentation urinaire des métabolites impliqués dans l’osmorégulation(taurine,bétaïne,glycine),lamortcellulaire(lactate) et la capacité de réabsorption de l’épithélium tubulaire (glucose) ainsi qu’une diminution significative des composants du cycle de Krebs (alpha-cétoglutarate, succinate, citrate), suggérant une atteinte mitochondriale. La comparaison 2D des profils obtenus avec les AA et l’ifosfamide, la gentamicine et le cisplatine a révélé des similitudes nettes. Cependant, une modélisation 3D a montré que les échantillons obtenus après une exposition aux AA présentaientuncomportementplusprochedeceuxobtenusaprès expositionàl’ifosfamideetaucisplatineparrapportàceuxobtenus avec la gentamicine. Discussion Cette étude métabonomique confirme le mode d’action des AA à l’encontre du tubule proximal et fournit une signature originale d’une atteinte mitochondriale. Conclusion Cetyped’approcheapportedenouveauxindicespour la compréhension des mécanismes de néphrotoxicité de divers agents médicamenteux ou environnementaux. À ce titre, c’est un outil non invasif qui pourrait s’avérer utile au dépistage de sujets/populations présentant des risques d’intoxication aux AA. Déclaration de liens d’intérêts Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.