DI-UMONS : Dépôt institutionnel de l’université de Mons

Recherche transversale
Rechercher
(titres de publication, de périodique et noms de colloque inclus)
2009-05-09 - Colloque/Présentation - poster - Français - 2 page(s)

Clairet Sandrine, Delvaux Véronique , Huet Kathy , Piccaluga Myriam , Harmegnies Bernard , "Un protocole pour l'étude acoustique du shaping perceptuel du contrôle de la nasalité vocalique." in 1er Colloque Européen verbo-tonal, Universitat Autonoma de Barcelona, Espagne

  • Codes CREF : Phonétique (DI5312), Linguistique appliquée (DI5323)
  • Unités de recherche UMONS : Service du Directeur ISL (L370), Métrologie et Sciences du langage (P362)
  • Instituts UMONS : Institut de recherche en sciences et technologies du langage (Langage)
Texte intégral :

Abstract(s) :

(Français) Un protocole pour l'étude acoustique du shaping perceptuel du contrôle de la nasalité vocalique Sandrine Clairet, Véronique Delvaux, Kathy Huet, Myriam Piccaluga, Bernard Harmegnies, Laboratoire des sciences de la parole de l’Académie Universitaire Wallonie-Bruxelles Université de Mons, Mons, Belgique Harmegnies et Coll. (1-6) ont étudié divers aspects des facteurs perceptuels qui, manipulés par l’expérimentateur, conduisent le sujet, en production, à des modifications des chronologies relatives de ses articulateurs. Ainsi, s’agissant de la syllabe /ta/, ils ont montré que le contrôle des seules caractéristiques acoustiques (VOT, amplitude de l’explosion initiale) du modèle auditif présenté aux sujets lors de tâches de simple répétition modifie les productions de manière substantielle: les locuteurs ont d’autant plus tendance à allonger le délai entre le relâchement de l’occlusion apico-dentale et la mise en régime de l’oscillateur laryngien que le VOT du modèle est long et que l’amplitude de son explosion initiale est faible. Les modifications comportementales ainsi obtenues auprès de francophones monolingues permettent de faire évoluer leur comportement vers des caractéristiques de production correspondant à des normes de réalisation autres que celles de leur langue maternelle, en l’occurrence, la norme de l’anglais (7,8). Clairet, par ailleurs (9-11), a montré que, dans différentes variétés de français (méridional et non-méridional), la réalisation de syllabes comportant notamment un phonème vocalique nasal suivi d’un phonème occlusif oral, peut conduire à l’apparition de patterns temporels de nasalisation variables. Ainsi, chez le locuteur méridional, l’ouverture du port vélopharyngé est systématiquement retardée par rapport à ce qui est observé en français standard et en français de Belgique, variantes pour lesquelles le flux d’air nasal commence dès le relâchement de la consonne précédente et perdure durant toute l’émission de la voyelle nasale. Ce qu’ont en commun ces deux ensembles de recherches, c’est qu’on s’y intéresse à la chronologie relative de deux ensembles articulatoires : dans le premier cas, chronologie relative de l’ouverture buccale et de la mise en régime des oscillations laryngiennes (e.g., /ta/ pouvant se réaliser de [ta] à [tha]), dans le second, chronologie relative de la mise en régime des oscillations laryngiennes et de l’ouverture du port nasal (e.g., /???/ pouvant se réaliser de [???] à [???]). Nous nous interrogeons quant à la possibilité de modeler par l’audition (à l’instar de ce qui a été fait dans la première série de recherches) le délai de nasalisation de la voyelle. Une similarité des réactions dans les deux paradigmes pourrait être interprétée en termes de la mise en œuvre de processus chronométriques relatifs transversaux. Au contraire, des différences devraient conduire à des interrogations concernant 1° une éventuelle dépendance des processus de chronométrie relative par rapport aux articulateurs concernés et/ou 2° un effet de la structuration phonique, dans la mesure où si le délai oral considéré ici est caractéristique de différences entre langues, le délai nasal, lui, est caractéristique de différences entre variétés linguistiques d’une même langue. La présente communication a pour objet de présenter le dispositif expérimental élaboré à cet effet. 1. Delvaux V., Piccaluga M., Huet K. & Harmegnies B. 2008. Modelage perceptuel du contrôle de la matière phonique en L2 : Variabilité inter-individuelle. Actes des XXVIIe Journées d'Etude sur la Parole, JEP 2008, 389-392. 2. .Delvaux V., Huet K., Piccaluga M. & Harmegnies B. (sous presse). Perceptually driven VOT lengthening in initial stops by French-L1 English L2-learners. 8th International Seminar on Speech Production, Strasbourg, 2008, 149-152. 3. Delvaux, V., Piccaluga, M., Huet, K., & Harmegnies, B., Variabilité inter-individuelle dans la perception et la production des sons de L2, soumis aux Journées d’Etude de la Parole, JEP2008. 4. Delvaux, V., Huet, K., Piccaluga, M. & Harmegnies, B., (2007), Pour une approche expérimentale de l’acquisition du contrôle de la matière phonique en FLE, in Billières, M., Gaillard, P., & Spanghero-Gaillard, N., Actes du 2ème colloque international de didactique cognitive, Université de Toulouse II, Toulouse, 6 pp. 5. Delvaux, V., Harmegnies, B., Huet, K., & Piccaluga, M. (2007), Pour une étude des déterminants de l’acquisition des compétences perceptives et productives nécessaires à la maîtrise de nouvelles catégories phonologiques ; une approche exploratoire, volume d’abstracts des « Journées fondatrices du groupe Perception », Lyon, 17. 6. Harmegnies, B., Delvaux, V., Huet, K., & Piccaluga, M. (2005), Oralité et cognition : pour une approche raisonnée de la pédagogie du traitement de la matière phonique, Revue PArole, 2005 – 34/35/36, 265-336. 7. Lisker, L. (1986). "Voicing" in English: A catalogue of acoustic features signaling /b/ versus /p/ in trochees. Language and Speech, 29, 3-11. 8. L. LISKER, A. ABRAMSON, Across-Language Study of Voicing in Initial Stops: Acoustical Measurements, in «Word», XX (1964), pp. 384--422. 9. S. Clairet. Les voyelles nasales du français méridional : une analyse aérodynamique et acoustique. Mémoire de DEA, Aix en Provence, 1997 10. Clairet, S. “Une étude aérodynamique de la nasalité vocalique en français méridional”, Actes des 27 ièmes Journées d’Etudes sur la Parole, Juin 2008, Avignon. 11. Clairet S. “Les voyelles nasales en français méridional et non méridional ”, in Langues : histoires et usages dans l’aire méditerranéenne, Colloque International La méditerranée et ses langues, Université Paul Valéry, L’Harmattan. pp.239-246, 2005