DI-UMONS : Dépôt institutionnel de l’université de Mons

Recherche transversale
Rechercher
(titres de publication, de périodique et noms de colloque inclus)
2021-11-16 - Colloque/Présentation - communication orale - Français - page(s) (A publier)

Vandestrate Sylvie , Dubois Laurie-Anna , Van Daele Agnès , "Analyse de l’activité de gestion des risques en situation de crise simulée : étude de cas d’une cellule de crise confrontée à une fuite de gaz" in Les Entretiens du Risque de l'Institut pour la Maîtrise des Risques (IMDR), Paris, France, 2021

  • Codes CREF : Psychologie du travail (DI4270)
  • Unités de recherche UMONS : Psychologie du travail (P357)
  • Instituts UMONS : Institut des Sciences et du Management des Risques (Risques)

Abstract(s) :

(Français) La gestion de crise peut être envisagée comme un cas limite de gestion de situation dynamique. Dans ce cadre, du point de vue des intervenants, le déclenchement de la crise accentue le risque de perdre le contrôle de la situation. Celui-ci présente une double face : le risque externe de perte de contrôle à cause de la survenue de menaces imprévues et le risque interne, par saturation cognitive. Pour garder la maitrise de la situation malgré l’incertitude, une gestion efficiente des risques nécessite la mise en place de processus d’adaptation dans lesquels le contrôle cognitif joue un rôle majeur. Plus l’incertitude augmente, moins un contrôle anticipatif (s’appuyant sur les plans de secours, les plans d’action en cours…) est suffisant et plus un contrôle réactif (basé sur une reconstruction de sens de la situation dégradée et sur une improvisation de réponses adaptées) est nécessaire. La communication porte sur une analyse de l’activité de gestion des risques en situation de crise. Pour ce faire, nous nous appuyons sur l’étude de cas d’une cellule de crise (CDC) interne à une entreprise (à savoir, un gestionnaire de réseau de distribution de gaz et d’électricité en Wallonie (Belgique)) mobilisée pour gérer une crise simulée (à savoir, une fuite de gaz massive en centre-ville avec risque d’explosion). La séance de simulation en elle-même ainsi que le débriefing ont fait l’objet d’une observation directe, ce qui a permis la construction d’une chronique d’activité de la CDC. Les résultats montrent que la gestion des risques en CDC repose surtout sur la construction continue et coûteuse d’un diagnostic exhaustif. Ceci témoigne de défaillances dans les processus d’adaptation qui devraient être mis en œuvre dans la situation simulée. L’identification de ces défaillances contribue à l’apport de connaissances quant à la résilience et à la vulnérabilité des CDC. Sans viser l’exhaustivité, l’identification de ces défaillances nous amène aussi à proposer quelques pistes pour la conception des simulations visant la formation à la gestion des risques en situation de crise.