DI-UMONS : Dépôt institutionnel de l’université de Mons

Recherche transversale
Rechercher
(titres de publication, de périodique et noms de colloque inclus)
2013-03-15 - Colloque/Présentation - communication orale - Français - 33 page(s)

Houyaux Justine , Dubois Jonathan, "De Slussen à Bellmansgatan en passant par Gamla Stan : itinéraire du realia géographique et politique dans la traduction française de Män som Hatar Kvinnor de Stieg Larsson" in Le Nord en français. Traduction, interprétation et interculturalité, UMONS, Belgique, 2013

  • Codes CREF : Traduction (DI5326)
  • Unités de recherche UMONS : FTI-EII - Service du Doyen (T900), Etudes nordiques (T206)
Texte intégral :

Abstract(s) :

(Français) Succès commercial incontesté avec plus de soixante millions d’exemplaires vendus dans une cinquantaine de pays, la trilogie "Millénium" de Stieg Larsson constitue un véritable phénomène culturel, propulsant ses protagonistes, Mikael Blomkvist et Lisbeth Salander, au rang de véritables icones de la culture suédoise à travers le monde. Mais qu’en est-il, de cette culture suédoise que l’auteur prend un malin plaisir à dérouler à travers le texte ? La très grande densité de ce contenu culturel, en particulier exprimé par les termes inhérents au monde du texte d’origine, fait de sa traduction un exercice périlleux, plus particulièrement encore dans le cas des termes relatifs à la géographie des lieux que parcourent nos deux héros, qui relèvent à la fois du realia géographique (naturel, fjärden, par exemple) et politique (organisation du territoire, comme les noms de rues). Selon la définition de Vlahov et Florin, pionniers de l’intraduisible, le realia est "tout mot (ou expression composée) du langage populaire représentant des dénominations d’objets, de concepts, de phénomènes typiques d’un endroit géographique donné, de la vie matérielle ou des particularités historiques-sociales de certains peuples, nations, pays, tribus, qui pour cette raison illustrent une couleur nationale, locale ou historique et n’ayant de ce fait pas d’équivalents exacts dans d’autres langages" (1969).Le realia est donc par essence intraduisible. Que faire, dans ce cas, de ces dizaines de noms de rues, de places, de quartiers, de ponts et d’îles dont regorgele premier tome de la trilogie "Män som hatar kvinnor", publié sous le titre français "Les hommes qui n’aimaient pas les femmes" ? C’est à cette question que répondent par la pratique les traducteurs de Millenium, dont la démarche est analysée dans « De Slussen à Bellmansgatan en passant par Gamla Stan », à la lumière des théories de Vlahov et Florin sur le realia.