DI-UMONS : Dépôt institutionnel de l’université de Mons

Recherche transversale
Rechercher
(titres de publication, de périodique et noms de colloque inclus)
2007-10-11 - Colloque/Présentation - poster - Français - 1 page(s)

Henoumont Céline , Henrotte Virginie, Laurent Sophie , Vander Elst Luce , Muller Robert , "Synthèse et caractérisation physico-chimique d'un nouvel agent de contraste IRM ayant une grande affinité pour l'albumine sérique humaine" in Conférence annuelle de la Société Royale de Belgique, Université de Mons-Hainaut, Belgique, 2007

  • Codes CREF : Résonance magnétique nucléaire (biophysique) (DI131B), Chimie de coordination (DI1319), Chimie organique (DI1313)
  • Unités de recherche UMONS : Chimie générale, organique et biomédicale (M108)
  • Instituts UMONS : Institut des Sciences et Technologies de la Santé (Santé), Institut des Biosciences (Biosciences)

Abstract(s) :

(Français) L’Imagerie par résonance magnétique a connu un essor considérable dans le domaine de l’imagerie médicale grâce à sa résolution spatiale et temporelle nettement supérieure à celle des autres techniques d’imagerie. Sa sensibilité étant néanmoins relativement faible, les radiologues doivent le plus souvent utiliser un agent de contraste, constitué dans la majorité des cas d’un complexe de gadolinium. Celui-ci accélère la relaxation des protons de l’eau dans la zone où il s’est accumulé, augmentant ainsi le contraste de l’image. Les premiers agents de contraste commercialisés se distribuaient dans l’espace extracellulaire, ne présentaient pas de spécificité cellulaire et étaient excrétés rapidement par voie rénale. La recherche se focalise donc sur l’amélioration de l’efficacité et de la spécificité des agents de contraste. Ainsi, le Primavist®, récemment commercialisé, cible les hépatocytes. Afin d’améliorer la rémanence vasculaire, une des stratégies consiste en la recherche de molécules interagissant de manière non covalente avec une macromolécule endogène comme l’albumine sérique humaine (HSA). C’est ce que nous avons réalisé lors de cette étude en greffant sur le Gd-DTPA une molécule connue pour avoir une grande affinité pour la HSA (le sulfaphénazole). La caractérisation physico-chimique de l’agent de contraste ainsi formé (le Gd-C4-sulfaphénazole-DTPA) en solution aqueuse a révélé une relaxivité (définie comme l’augmentation de la vitesse de relaxation des protons de l’eau induite par une millimole d’agent de contraste) élevée (r1 = 7.8 s-1 mM-1 contre 3.85 s-1 mM-1 pour le Gd-DTPA à 20 MHz et 310K), un échange rapide de l’eau coordinée ainsi qu’une bonne stabilité vis-à-vis de la transmétallation avec le zinc (le zinc étant l’ion présent dans le sang le plus susceptible de s’échanger avec le gadolinium du fait de la similarité de leur rayon ionique). L’affinité de cette molécule pour la HSA a été évaluée par relaxométrie protonique et par spectrométrie de masse. La relaxométrie protonique permet d’évaluer la constante d’association (Ka = 5470 ± 4540 M-1 avec 2.2 ± 0.8 sites de liaison), tandis que la spectrométrie de masse permet d’une part de visualiser directement la stoechiométrie de liaison entre les deux molécules et d’autre part d’estimer l’affinité pour la HSA. Les données révèlent la présence de deux sites de liaison quand les concentrations en albumine et en agent de contraste sont identiques. Le nombre de sites augmente ensuite quand on accroît la concentration en agent de contraste. Les deux techniques concordent donc avec une bonne affinité de notre molécule pour la HSA. Des expériences de compétition avec l’ibuprofène et l’acide salicylique par la technique de diffusométrie RMN ont ensuite été réalisées. Lors de cette étude, le coefficient de diffusion de l’ibuprofène (10 mM) ou de l’acide salicylique (10 mM) est mesuré en présence du chélate d’europium (2 mM) et de HSA 4% (le gadolinium est remplacé par l’europium car en RMN, le gadolinium induit des raies très larges, rendant les spectres ininterprétables). Les résultats montrent que la présence du chélate d’europium augmente fortement le coefficient de diffusion de l’ibuprofène mais n’a par contre aucun effet sur le coefficient de diffusion de l’acide salicylique. Cela indique donc que cette molécule déplace l’ibuprofène de son site sur l’albumine. Ce nouvel agent de contraste est donc prometteur et des expériences in vivo seront entreprises prochainement.