DI-UMONS : Dépôt institutionnel de l’université de Mons

Recherche transversale
Rechercher
(titres de publication, de périodique et noms de colloque inclus)
2019-03-11 - Colloque/Présentation - poster - Français - page(s)

Simoes Loureiro Isabelle , Gerin Kimberly, Miceli Aurélie, Rossignol Mandy , Lefebvre Laurent , "Maladie d’Alzheimer et Dépression : Quel impact sur la mémoire sémantique ?" in Mardi des Chercheurs 2019 (MdC2019), Mons, Belgique, 2019

  • Codes CREF : Psychopathologie (DI3513), Neuropsychologie (DI4218)
  • Unités de recherche UMONS : Psychologie cognitive et Neuropsychologie (P325)
  • Instituts UMONS : Institut des Sciences et Technologies de la Santé (Santé)
Texte intégral :

Abstract(s) :

(Français) Introduction : Les troubles de la mémoire sémantique (MS) constituent un symptôme fréquent de la maladie d’Alzheimer (MA). Par ailleurs, la MA peut également s’accompager de troubles de l’humeur. Il est par ailleurs bien connu que l’état thymique peut impacter la cognition. Cependant, peu d’études se sont intéressées aux liens spécifiques entre MS et dépression dans la MA. L’objectif de cette étude consiste à investiguer l’impact de la dépression des sujets atteints de MA sur leur MS. Méthodologie : Une tâche d’amorçage sémantique et affective a été administrée à 36 participants âgés (un groupe contrôle de personnes âgées sans trouble cognitif (N=20) et un groupe expérimental de patients MA à un stade léger (MMSE>27) (N=16) dont la moitié présente une symptomatologie dépressive (MA-D) et l’autre moitié n’en présentant pas (MA-ND)). Dans ce protocole, un « stimuli amorce » est présenté juste avant un « stimuli cible », sur lequel le sujet doit réaliser un traitement. Les stimuli sont en modalité écrite. La tâche du sujet est de décider si le mot est un mot de la langue française (e.g. «amour») ou non (e.g. «tremon»). Le protocole d’amorçage contient trois conditions sémantiques : 1) Valence Affective (VA) positive (VP+); 2) VA négative (VN-) et 3) VA neutre (Vn). Résultats : Une ANOVA à mesures répétées indique un effet de groupe (F=41.526 ; p=.001) et de condition (F=5.453, p=.008). Un effet d’interaction groupe*condition est également observé (F=3.082 ; p=.025) indiquant un hyperamorçage pour la condition VN- uniquement chez les patients MA-D, tandis que les patients MA-ND et contrôles présentent au contraire des effets d’amorçage plus importants pour la condition VP+. Discussion : Nos résultats montrent un effet d’hyperamorçage spécifique observé pour la condition négative dans le groupe MA-D nous amenant à proposer que l’humeur négative dans la MA entraînerait une modification du traitement sémantique des concepts à valence négative.