DI-UMONS : Dépôt institutionnel de l’université de Mons

Recherche transversale
Rechercher
(titres de publication, de périodique et noms de colloque inclus)
2018-05-01 - Colloque/Présentation - poster - Français - 1 page(s)

Verhaegen Clémence , Delvaux Véronique , Huet Kathy , Piccaluga Myriam , Harmegnies Bernard , "Le manque du mot dans la maladie de Parkinson : Évaluation des difficultés de production des mots et des facteurs cognitifs associés" in Journées d'étude du vieillissement cognitif, Chambéry, France, 2018

  • Codes CREF : Phonétique (DI5312), Logopédie (DI3355), Psycholinguistique (DI421B), Phonologie (DI5311)
  • Unités de recherche UMONS : Métrologie et Sciences du langage (P362)
  • Instituts UMONS : Institut de recherche en sciences et technologies du langage (Langage)
Texte intégral :

Abstract(s) :

(Anglais) Notre étude évalue les capacités de production des mots dans la maladie de Parkinson (MP). En effet, bien que l’anomie soit une plainte fréquente chez les patients atteints de MP, les études évaluant ces difficultés sont rares1. Dans le but d’objectiver la présence d’une anomie liée à la MP, 11 patients MP et 15 participants contrôles ont effectué une tâche de dénomination d’images (d’autres patients sont en cours d’évaluation). Le locus d’altération au sein du système langagier a été examiné à travers de l’analyse des erreurs et des effets des variables psycholinguistiques en dénomination, ainsi que de tâches sémantiques d’appariement d’images et de jugement de synonymes. De plus, nous avons également évalué les capacités exécutives des patients (inhibition, mise à jour, flexibilité et mémoires à court terme et de travail), leur vitesse de traitement cognitif ainsi que la présence d’une dépression afin d’observer si des difficultés dans ces domaines pourraient être liées à l’anomie. Les résultats montrent que les patients MP présentent des résultats inférieurs aux contrôles en dénomination (nombre de réponses correctes : t(24)= -2.14, p<.001), ainsi qu’en sémantique (appariement : t(24)= -3.92, p=.001 ; jugement de synonymes : t(24)= -2.22, p=.04). Le type d’erreurs et les effets des variables en dénomination ne diffèrent pas des contrôles. De plus, les patients présentent des résultats plus faibles en mémoire à court terme (t(24)= -2.92, p=.007) et de travail (t(24)= -4.60, p<.001). En conclusion, ces données indiquent la présence de difficultés de production des mots chez les patients ainsi qu’une dégradation des capacités sémantiques et de mémoire à court terme et de travail. Les relations entre ces difficultés dans la MP et l’impact pour la rééducation des patients seront discutés.

(Anglais) Notre étude évalue les capacités de production des mots dans la maladie de Parkinson (MP). En effet, bien que l’anomie soit une plainte fréquente chez les patients atteints de MP, les études évaluant ces difficultés sont rares1. Dans le but d’objectiver la présence d’une anomie liée à la MP, 11 patients MP et 15 participants contrôles ont effectué une tâche de dénomination d’images (d’autres patients sont en cours d’évaluation). Le locus d’altération au sein du système langagier a été examiné à travers de l’analyse des erreurs et des effets des variables psycholinguistiques en dénomination, ainsi que de tâches sémantiques d’appariement d’images et de jugement de synonymes. De plus, nous avons également évalué les capacités exécutives des patients (inhibition, mise à jour, flexibilité et mémoires à court terme et de travail), leur vitesse de traitement cognitif ainsi que la présence d’une dépression afin d’observer si des difficultés dans ces domaines pourraient être liées à l’anomie. Les résultats montrent que les patients MP présentent des résultats inférieurs aux contrôles en dénomination (nombre de réponses correctes : t(24)= -2.14, p<.001), ainsi qu’en sémantique (appariement : t(24)= -3.92, p=.001 ; jugement de synonymes : t(24)= -2.22, p=.04). Le type d’erreurs et les effets des variables en dénomination ne diffèrent pas des contrôles. De plus, les patients présentent des résultats plus faibles en mémoire à court terme (t(24)= -2.92, p=.007) et de travail (t(24)= -4.60, p<.001). En conclusion, ces données indiquent la présence de difficultés de production des mots chez les patients ainsi qu’une dégradation des capacités sémantiques et de mémoire à court terme et de travail. Les relations entre ces difficultés dans la MP et l’impact pour la rééducation des patients seront discutés.