DI-UMONS : Dépôt institutionnel de l’université de Mons

Recherche transversale
Rechercher
(titres de publication, de périodique et noms de colloque inclus)
2005-01-26 - Colloque/Présentation - communication orale - Français - 0 page(s)

Delvaux Véronique , Soquet Alain, Harmegnies Bernard , "Mimésis et contrôle phonétique: Implications pour l’apprentissage d’une langue seconde " in Premier colloque international de didactique cognitive : Didcog, Université de Toulouse-Le-Mirail, Toulouse, France, 2005

  • Codes CREF : Phonétique (DI5312)
  • Unités de recherche UMONS : Métrologie et Sciences du langage (P362)
  • Instituts UMONS : Institut de recherche en sciences et technologies du langage (Langage)
Texte intégral :

Abstract(s) :

(Français) L’objectif de cette communication est double : (i) nous présentons les résultats de nos travaux antérieurs sur certains processus cognitifs liés à la gestion quotidienne par les individus de leur système phonologique et des représentations phonétiques qui y sont associées (ii) nous discutons de l’incidence de ces résultats sur l’étude de l’acquisition d’une langue seconde, notamment dans le domaine de l’expression orale. Dans le cadre de travaux récents sur l’émergence et la propagation des changements phonétiques au sein d’une communauté linguistique, nous avons entamé la vérification expérimentale de l’hypothèse selon laquelle les systèmes phonologiques sont des phénomènes émergents, qui résultent des multiples interactions mimétiques survenant entre locuteurs (Soquet et al. 2003, Delvaux et al. 2004a, 2004b). La mimésis, aptitude cognitive de modélisation et de coordination des schémas moteurs, s’appuie sur la faculté d’imitation, en y ajoutant une dimension représentationnelle. Le processus mimétique permet donc de jeter un pont cognitif entre les aspects phonétiques et phonologiques du traitement du signal de parole par l’être humain. Dans le contexte de la parole, la mimésis est avant tout considérée comme la capacité à développer, à amplifier, voire à réguler, la variation phonétique. Les représentations continuellement renouvelées par l’action mimétique sont autant de patrons phonétiques pour la réalisation des représentations phonologiques. Les études expérimentales citées ci-dessus ont permis de susciter le comportement mimétique, d’en mesurer les effets sur le signal de parole, et finalement de provoquer l’amorce d’un changement phonétique en laboratoire. Pour ce faire, les locuteurs ont été mis en contact avec des productions enregistrées provenant d’une variété régionale de français différente de la leur. Sujets humains et productions enregistrées étaient impliqués dans une même tâche de dénomination. Avec pour seule consigne de «parler quand c’était leur tour», les sujets étudiés ont tous modifié leurs productions orales de façon à les rapprocher de celles qu’ils entendaient en attendant leur prochain tour de parole. De plus, tous les locuteurs ont ensuite maintenu une partie de ces changements en l’absence du stimulus, alors qu’ils se retrouvaient seuls à effectuer la tâche au cours d’une phase suivante de l’expérience. Les implications de ces travaux sont multiples, tant sur le plan du fonctionnement phonético-phonologique en langue maternelle, qu’en ce qui concerne l’acquisition du système phonologique d’une langue étrangère, et la maîtrise des réalisations phonétiques appropriées. L'information principale est que les représentations phonétiques individuelles sont constamment réactualisées suites aux interactions avec d'autres locuteurs. Ces constats sont interpelants pour le didacticien des langues. Ils soulignent en effet d’une part, la sensibilité aigue du locuteur à des variations ténues et d’autre part son aptitude à les actualiser dans ses propres productions. Pourtant, il est patent que l’apprenant se montre, en langue étrangère, sourd à des contrastes d’une magnitude autrement plus importante et incapable, par ailleurs, de les reproduire. C’est d’ailleurs bien cette double incapacité qui légitime les démarches d’enseignement relevant, par exemple, de la correction phonétique. Par ailleurs, dans la mesure où les mécanismes mis à jour ci-dessus n’émergent pas à la conscience du locuteur, des questionnements profonds s’imposent à la didactique. Ceux-ci peuvent être rapprochés de dichotomies classiques en psychologie cognitive telles implicite vs explicite, procédural vs déclaratif, etc. In fine, c’est la problématique du contrôle, pouvant être envisagée tant au niveau de l’apprentissage (contrôle par l’apprenant) qu’à celui de l’enseignement (contrôle par le formateur) qui est ici sollicitée. Soquet A. , Demolin D., Delvaux V.(2003). “Mimetic interactions between speakers : an experimental study”. 15th International Conference in Phonetic Sciences Book of Abstracts, Universitat Autonoma de Barcelona. V. Delvaux, D.Demolin, A. Soquet (2004a) « Interactions mimétiques entre locuteurs : une étude expérimentale », XXVèmes Journées d’étude sur la parole, Fès, 764-768. V. Delvaux, D. Demolin, A. Soquet (2004b). “Sound change as a result of mimetic interactions between speakers : implementation of imitation in the laboratory”, 9th Conference on Laboratory Phonology. 24-26 juin 2004. University of Ilinois, Urbana-Champain.