DI-UMONS : Dépôt institutionnel de l’université de Mons

Recherche transversale
Rechercher
(titres de publication, de périodique et noms de colloque inclus)
2020-02-27 - Colloque/Présentation - poster - Français - page(s)

Bodart Madisson , Herreman Sylvie, Mathet Thomas, "Mise en évidence du lien existant entre le profil d’activité de l’enfant à la maison et dans la cour de récréation" in 11e Biennale de l’ARIS, Liège, Belgique, 2020

  • Codes CREF : Santé éducation et bien-être (DI4352), Psychologie du sport et des activités physiques (DI425G)

Abstract(s) :

(Français) Introduction et objectifs de la pratique exemplative. Selon Morris (2013), la sédentarité est en augmentation dans nos sociétés. Il apparaît que seuls 7% des enfants âgés de 6 à 9 ans et 2% des adolescents âgés de 10 à 17 ans atteignent les recommandations en matière d’activité physique globale (Bel et al., 2016). Face à ce constat, promouvoir la santé des enfants en mettant en place un dispositif visant à aménager la cour de récréation s’avérerait un excellent moyen pour favoriser l’activité physique des jeunes (OMS, 2010). Brockman et al., (2010) précisent d’ailleurs que les moments passés dans la cour de récréation représentent des instants précieux pour favoriser la mise en activité des enfants. Description de la pratique exemplative et de la collecte des informations. Le projet mené s’inscrit dans le cadre d’un travail mené par le Consortium « Activités physiques, bien-être et santé » (C7) mis en place dans le cadre du Pacte pour un Enseignement d’Excellence (Fédération Wallonie-Bruxelles, 2017). L’objectif consistait à mettre en évidence l’existence, ou non, d’un lien entre l’activité physique à la maison et dans la cour de récréation. Deux outils ont été utilisés : un questionnaire à destination des parents, visant à déterminer le niveau d’activité des enfants en dehors de l’école et une grille d’observation des enfants dans la cour permettant la catégorisation de leur activité durant les temps de pauses. Sur base des recommandations en termes d’activité physique de l’OMS, nous avons dressé trois profils d’activité à la maison ainsi que dans la cour de récréation : peu, moyennement et très actifs. Cette catégorisation nous a permis d’étudier la relation entre l’activité extra et intra-scolaire. Constats et implications. Nous avons pu identifier trois profils de comportement des enfants à la maison : peu actifs (61.93% ; 92/151), moyennement actifs (18.54% ; 28/151) et très actifs (13.91% ;31/151). Nos résultats montrent qu’il ne semble pas exister de relation entre le profil d’activité à la maison et dans la cour de récréation. Ainsi, des enfants très actifs à la maison ne le sont pas forcément dans la cour et inversement

(Français) Introduction et objectifs de la pratique exemplative. Selon Morris (2013), la sédentarité est en augmentation dans nos sociétés. Il apparaît que seuls 7% des enfants âgés de 6 à 9 ans et 2% des adolescents âgés de 10 à 17 ans atteignent les recommandations en matière d’activité physique globale (Bel et al., 2016). Face à ce constat, promouvoir la santé des enfants en mettant en place un dispositif visant à aménager la cour de récréation s’avérerait un excellent moyen pour favoriser l’activité physique des jeunes (OMS, 2010). Brockman et al., (2010) précisent d’ailleurs que les moments passés dans la cour de récréation représentent des instants précieux pour favoriser la mise en activité des enfants. Description de la pratique exemplative et de la collecte des informations. Le projet mené s’inscrit dans le cadre d’un travail mené par le Consortium « Activités physiques, bien-être et santé » (C7) mis en place dans le cadre du Pacte pour un Enseignement d’Excellence (Fédération Wallonie-Bruxelles, 2017). L’objectif consistait à mettre en évidence l’existence, ou non, d’un lien entre l’activité physique à la maison et dans la cour de récréation. Deux outils ont été utilisés : un questionnaire à destination des parents, visant à déterminer le niveau d’activité des enfants en dehors de l’école et une grille d’observation des enfants dans la cour permettant la catégorisation de leur activité durant les temps de pauses. Sur base des recommandations en termes d’activité physique de l’OMS, nous avons dressé trois profils d’activité à la maison ainsi que dans la cour de récréation : peu, moyennement et très actifs. Cette catégorisation nous a permis d’étudier la relation entre l’activité extra et intra-scolaire. Constats et implications. Nous avons pu identifier trois profils de comportement des enfants à la maison : peu actifs (61.93% ; 92/151), moyennement actifs (18.54% ; 28/151) et très actifs (13.91% ;31/151). Nos résultats montrent qu’il ne semble pas exister de relation entre le profil d’activité à la maison et dans la cour de récréation. Ainsi, des enfants très actifs à la maison ne le sont pas forcément dans la cour et inversement