DI-UMONS : Dépôt institutionnel de l’université de Mons

Recherche transversale
Rechercher
(titres de publication, de périodique et noms de colloque inclus)
2015-09-07 - Travail avec promoteur/TFE - Français - 224 page(s)

Vermeersch Marceline , "Louvain-la-Neuve: quel modèle urbanistique?", 2015-09-07

  • Codes CREF : Géographie humaine et aménagement du territoire (DI1470), Sociologie urbaine (DI4134), Urbanisme et architecture (aspect sociologique) (DI2650)
  • Centres UMONS : Urbanisation Revitalisation Bâtiment Architecture Innovations Espaces (URBAINE)

Abstract(s) :

(Français) Résumé du Mémoire: La ville émerveille, captive et nous fait rêver. Elle est souvent le reflet de nos sociétés, qui évoluent et dans lesquelles l’être humain s’organise et vit en communauté. L’Homme a toujours cherché à maîtriser son territoire, surtout dans le but d’en tirer profit pour faire face à ses besoins. Souvent remise en question, au cours des XIXe et XXe siècles notamment, la ville a sans cesse été animée par nos modes de vie, le progrès scientifique et technologique, ainsi que par nos capacités à prendre conscience de notre environnement dans lequel nous vivons. La ville nouvelle, c’est-à-dire réalisée de toutes pièces depuis sa conception papier à sa construction, est liée à ce désir de vouloir maîtriser les enjeux territoriaux, toujours plus grands, et ce, de manières différentes. En Belgique, la plus jeune ville nouvelle de Wallonie, qui a vu le jour en 1970, depuis Charleroi en 1666, est nommée Louvain-la-Neuve. Seule déjà, sa toponymie en dit long sur le lourd passé qu’a vécu cette cité, créée il y a maintenant plus de quarante ans. N’y a-t-il pas là un sujet fascinant lorsque l’on évoque paradoxalement les termes jeunes et passés, pour une ville conçue à partir de soi-disant rien ? Quelles ont été les raisons de cette naissance ? Implantée au cœur d’un site vallonné dans la région de Wavre, Louvain-la-Neuve semble avoir toujours existé. Doté d’un passé singulier, le divorce des deux sections linguistiques flamande et francophone d’une université datant du XVe siècle, l’U.C.L., a fait de Louvainla-Neuve un véritable challenge urbanistique. Ses fondateurs, M. Lemaire, J-P Blondel, M. Woitrin et P. Laconte, passionnés par les cités médiévales, se sont donnés à cœur joie dans sa réalisation. La conception de Louvain-la-Neuve, au départ de sa naissance, s’est-elle basée sur un modèle urbanistique existant ? Quels ont été les enjeux de sa création ? Nous avons tenté, dans ce travail, de répondre à ces questions de recherche en adoptant une méthode d’analyse essentiellement basée sur l’observation et la comparaison. Dans un premier temps, nous avons abordé les concepts importants, notamment celui des formes urbaines, générées à travers des modèles urbains, qui ont marqué le monde de l’urbanisme et qui servent encore aujourd’hui de références à travers le monde entier. Ces modèles ont vu le jour notamment au sein de villes existantes, souvent pour des raisons de restructuration (hygiène, conditions de vie, stratégies militaires, etc.). Dans un second temps, la comparaison d’une série non exhaustive de villes nouvelles à travers le monde a été effectuée, comprenant la ville nouvelle belge, et ce, dans l’objectif de d’ores et déjà déceler ses particularités typo-morphologiques générales par rapport aux autres villes et aux modèles présentés précédemment. Enfin, nous nous sommes concentrés sur cette même méthode d’analyse, appuyée sur l’observation et la comparaison, en étudiant le tissu urbain de Louvain-la-Neuve de différentes manières. Ces analyses urbanistiques et architecturales, basées sur des cartes reproduites et sur une analyse des différentes séquences à échelle humaine, ont permis de comparer le fonctionnement de la ville de Louvain-la-Neuve aux modèles de la cité médiévale, notamment sa ville mère Leuven, mais aussi Cambridge et Oxford, situées au Royaume-Uni, ainsi qu’aux deux principaux modèles présentés par l’historienne Françoise Choay, dans son ouvrage L’Urbanisme, utopies et réalités, une anthologie, publié en 1965, le modèle progressiste ici illustré par la Charte d’Athènes de Le Corbusier et le modèle culturaliste illustré par la cité-jardin, de Ebenezer Howard. Louvain-la-Neuve présente certains points en commun avec des éléments conceptuels reconnus dans le monde de l’urbanisme. Ses fondateurs se sont également inspirés des valeurs qui leur sont chères, avec une pointe de nostalgie vis-à-vis de Leuven. Louvain-la-Neuve a relevé un défi, qui semble réussi à l’heure d’aujourd’hui, celui de s’être relevé d’un passé déchirant en redonnant vie à une université qui fait corps avec la ville. Intégrée en harmonie sur le plateau de Lauzelle, elle a fait preuve d’audace en donnant la priorité au piéton tout en dissuadant l’automobile. Louvain-la-Neuve est une ville dotée d’une identité forte. Elle est plus qu’une simple ville universitaire qui a su surmonter son lourd passé. Louvain-la-Neuve est devenue et restera, au fil des années, un modèle urbain unique pour les villes nouvelles, qui ne cesse de faire ses preuves.