DI-UMONS : Dépôt institutionnel de l’université de Mons

Recherche transversale
Rechercher
(titres de publication, de périodique et noms de colloque inclus)
2017-06-28 - Colloque/Présentation - communication orale - Français - 1 page(s)

Vitry Véronique , Bonin Luiza , Delaunois Fabienne , "Elimination du plomb dans un bain de nickel-bore chimique" in Congrès A3TS, Nice, France, 2017

  • Codes CREF : Chimie des surfaces et des interfaces (DI1327), Electrochimie hautes et basses températures (DI1326)
  • Unités de recherche UMONS : Métallurgie (F601)
  • Instituts UMONS : Institut de Recherche en Science et Ingénierie des Matériaux (Matériaux)
  • Centres UMONS : Ingénierie des matériaux (CRIM)

Abstract(s) :

(Français) La diminution de l’impact environnemental de l’industrie est une préoccupation croissante depuis plusieurs années. Les dépôts chimiques de nickel-bore, traditionnellement stabilisés par des sels de métaux lourds (plomb ou thallium) ne répondent donc pas aux critères modernes d’impact environnemental, bien qu’ils permettent d’améliorer nettement les propriétés des matériaux. Sur base d’une méthodologie développée par notre équipe, un nouveau bain, exempt de plomb a donc été développé. Parmi plusieurs candidats, le stabilisant sélectionné est un sel de bismuth. En effet, le bismuth est généralement considéré comme un métal non-toxique et non dangereux pour l’environnement. Les dépôts obtenus diffèrent en composition des dépôts habituels, car ils contiennent une quantité non-négligeable bismuth. Néanmoins, ils possèdent des propriétés comparables à celles des dépôts de nickel-bore classiques sans traitement thermique : ils atteignent une dureté de 860 hv100. Ils présentent toutefois une surface plus lisse que les dépôts classiques. Ces dépôts sont également entièrement compatibles avec les substrats en acier doux utilisés pour les tests.