DI-UMONS : Dépôt institutionnel de l’université de Mons

Recherche transversale
Rechercher
(titres de publication, de périodique et noms de colloque inclus)
2008-01-01 - Colloque/Article dans les actes avec comité de lecture - Français - page(s)

Artus Frédérique , Reichert M., Demeuse Marc , Martin R., "Outils d’évaluation en langue dans le cadre d’une enquête internationale : tentative de mise a l’épreuve du c-test" in 20e colloque de l''ADMEE-Europe, Université de Genève, Suisse, 2008

  • Codes CREF : Pédagogie (DI4610), Enseignement des langues étrangères (DI5328)
  • Unités de recherche UMONS : Méthodologie et formation (P316)
Texte intégral :

Abstract(s) :

(Français) Cette communication présente les outils d’évaluation et les résultats d’analyse de données issus du projet de recherche européen Socrates : « Pour le multilinguisme : exploiter à l’école la diversité des contextes européens ». Cette étude vise une meilleure connaissance des attitudes des jeunes en âge d’obligation scolaire à l’égard des langues modernes et de leurs motivations à développer leurs compétences communicatives en celles-ci. Le but de l’étape que nous présentons ici est de disposer d’une mesure objective des compétences de l’élève dans une langue étrangère. Il s’agit aussi d’identifier les problèmes potentiels inhérents à la planification et la réalisation d’une évaluation des compétences linguistiques à grande échelle et de proposer des solutions pratiques. Les langues concernées par la recherche, soit en tant que langue d’enseignement, soit en tant que langue étrangère enseignée dans le pays participant, sont l’allemand, l’anglais, le français, le grec, le néerlandais et le polonais. Un C-test – épreuve intégrative, destinée à mesurer la maîtrise globale d’une langue – a été élaboré à partir de 16 segments extraits de 8 textes issus des enquêtes PISA 2000 et IEA 1990. Ces textes ont été retenus afin de garantir la qualité des traductions et donc une similitude du contenu sémantique. Ils ont été transformés en textes C-test en suivant les recommandations de Grotjahn (2002), et présentés à 903 élèves du grade 9 provenant de 4 pays européens participant au projet, à savoir la Communauté française de Belgique, la Grèce,le Luxembourg et la Pologne. Les constats découlant de la première analyse des résultats relèvent de problématiques d’ordre méthodologique, linguistique ou technique. Ils permettent de mettre en évidence les atouts, mais aussi les limites de l’outil C-test ainsi que les contraintes à prendre en compte dans le contexte d’évaluations internationales des compétences en langues modernes.

Notes :
  • (Français) En ligne https://plone.unige.ch/sites/admee08/communications-individuelles/m-a7/m-a7-1