DI-UMONS : Dépôt institutionnel de l’université de Mons

Recherche transversale
Rechercher
(titres de publication, de périodique et noms de colloque inclus)
2016-01-18 - Colloque/Article dans les actes avec comité de lecture - Français - 11 page(s) (Soumise)

Deprez Anne , Groupe de Recherche interuniversitaire en Histoire de l'Architecture au XIXe s et XXe s. , "Entre résidence et manufacture. Etude des maisons bourgeoises sur les boulevards montois à la fin du XIXe s." in L’histoire de l’architecture belge du long 19ème siècle : état des lieux et nouvelles perspectives de recherche, Université de Liège, place du 20-août 7, salle académique, Belgique, 2015

  • Codes CREF : Histoire culturelle (DI5140), Architecture et art urbain (DI5221), Décoration et ameublement (DI5227), Urbanisme et architecture (aspect sociologique) (DI2650)
  • Unités de recherche UMONS : Architecture et Société (A530)
Texte intégral :

Abstract(s) :

(Anglais) Between residential and manufacturing premises: a study of late 19th century bourgeois houses on the boulevards of Mons Between 1830 and 1850, the industrial development of the Centre and Borinage coal-mining regions promoted the rise of a capitalist bourgeoisie in the Belgian province of Hainaut. Rivalling the noble class, they had "chateaus" built close to the mines. Under pressure from merchants and industrialists, the City of Mons (the provincial capital) had the city's old fortifications demolished to make room for a "major manufacturing and commercial centre". The new boulevards created a port zone for the "city's industrial dream". The urbanization of the outskirts of Mons offered a number of advantages for a population of entrepreneurs wishing to both take up residence and set up their businesses or factories there. A number of industrialists purchased plots of land both for their houses and their business activities. These private initiatives explain the area’s real estate diversity, with mansions interspersed with large warehouses. The ingenious design of the dual carriageway boulevards enabled Mons to divide up traffic, with the wide boulevard carriageway reserved for "promenading" and the other carriageway for "heavy" goods vehicles. Did this dual configuration influence the construction of homes on the outer side of the "boulevard" (guaranteeing prestige and comfort) and the location of industrial buildings on the inner side of the goods carriageway (useful from a logistics and commercial perspective)? Studying the different establishments (craft workshops, commercial and industrial premises) located on the Mons boulevards will enable us to analyse their urban location strategy and to understand how this heterogeneous architectural complex ensured functional proximity just as much as social division. Anne Deprez

(Français) Entre résidence et manufacture : étude des maisons bourgeoises sur les boulevards montois à la fin du XIXe s. Entre 1830 et 1850, le développement industriel des régions minières du Centre et du Borinage favorise l’ascension d’une bourgeoisie capitaliste dans la province du Hainaut. Rivalisant avec la noblesse, elle se fait construire des « châteaux » à proximité des sites d’extraction. Sous la pression des milieux commerçants et industriels, la ville de Mons (chef-lieu de la province) fait démolir en 1862 ses fortifications afin d’y aménager un « grand centre manufacturier et commerçant ». La création des boulevards constitue une nouvelle zone portuaire pour le « rêve industriel de la ville ». L’urbanisation des abords de Mons offre divers avantages pour une population d’entrepreneurs qui désirent y fixer leur résidence et y établir leur commerce ou industrie. Dans cette perspective, certains industriels achètent des terrains à la fois pour leur habitation propre et leur activité professionnelle. Ces initiatives privées expliquent la diversité du paysage immobilier entre les maisons de maître et les grands hangars de stockage. La conception ingénieuse des boulevards à double circulation offre à Mons l’avantage de hiérarchiser la circulation périphérique entre le large boulevard pour la « promenade » et la grande voirie pour le charroi « lourd ». Cette configuration sur deux fronts a-t-elle influencé l’érection des demeures sur la rive extérieure du « boulevard » (garant du prestige et confort) et l’installation de bâtiments industriels sur la rive intérieure de la « voirie » (utile au niveau logistique et commercial) ? L’étude d’exploitations de nature différente (artisanale, commerciale et industrielle) sur les boulevards montois permettra d’analyser leur stratégie d’implantation urbaine et de comprendre comment cet ensemble architectural hétérogène assure autant la proximité fonctionnelle et la division sociale. Anne Deprez